•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

YouTube poursuivi pour discrimination contre la communauté LGBTQ

Le logo de YouTube

La poursuite allègue que des vidéos dont le titre contient des mots tels que « gai », « lesbienne » ou « bisexuel » sont automatiquement signalés.

Photo : Reuters / Lucy Nicholson

Radio-Canada

Cinq membres de la communauté LGBTQ qui diffusent des vidéos sur YouTube poursuivent la plateforme pour discrimination. Ces personnes reprochent au site web de réduire leur capacité à monnayer leur contenu à l’aide de publicités et de restreindre l’accès à leurs vidéos.

Cela fait quelque temps que les créateurs et créatrices dénoncent la plateforme pour son traitement du contenu LGBTQ, mais leurs critiques ne se sont jamais rendues jusqu’à la cour.

En 2018, l'algorithme de YouTube se serait mis à empêcher du contenu traitant d'enjeux LGBTQ d'engendrer des revenus publicitaires, le marquant comme choquant, inapproprié et offensant.

La poursuite allègue que des vidéos dont le titre contient des mots tels que gai, lesbienne ou bisexuel sont automatiquement signalées. Les vidéos seraient alors uniquement disponibles pour les personnes majeures et disparaîtraient de l’onglet Recommandations, provoquant d’importantes pertes de revenus.

C’est une accusation que nie la présidente-directrice générale de YouTube, Susan Wojcicki, qui a dit la semaine dernière que la plateforme n'[empêche pas automatiquement] le contenu LGBTQ [d'engendrer des revenus publicitaires]. Elle a ajouté que YouTube a toujours voulu soutenir ouvertement cette communauté.

Les personnes derrière la poursuite accusent également YouTube de tolérer du contenu hostile envers la communauté LGBTQ s’il provient de chaînes avec un grand auditoire, tandis que les politiques du site sont plus strictement appliquées lorsqu’il est question de plus petites chaînes.

YouTube a été vertement critiqué en juin pour ne pas avoir sanctionné le commentateur de droite Steven Crowder, qui a mené une campagne de harcèlement à l’égard du journaliste américain Carlos Maza.

Concurrence monopolistique

YouTube contrôle environ 95 % des communications publiques par vidéo dans le monde. Près de deux milliards de personnes consultent le site tous les mois.

Les créateurs et créatrices allèguent que YouTube s’est servi de son pouvoir monopolistique sur la réglementation du contenu afin d’appliquer ses règles et restrictions de manière sélective, permettant ainsi à la plateforme de choisir qui seraient les personnes gagnantes et perdantes.

Ces accusations surviennent tandis que la Commission fédérale du commerce des États-Unis enquête sur les pratiques anticoncurrentielles des géants du web. Ces derniers auraient maintenant trop de pouvoir, selon des spécialistes.

Avec les informations de The Washington Post, et The Verge

Internet

Techno