•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vérification des faits : les annonces en santé décryptées

Brian Pallister s'exprimant durant un point de presse.

Brian Pallister a promis un nouveau service d'urgence à l'Hôpital Saint-Boniface s'il est élu.

Photo : Radio-Canada / Ian Froese

Thibault Jourdan

La santé a été l'un des principaux thèmes abordés par les partis politiques lors de cette première semaine officielle de campagne électorale. Radio-Canada vérifie les faits, pour vous aider à démêler le vrai du faux.

Les néo-démocrates ont fait de la santé leur plus important cheval de bataille, mais la plus importante annonce est venue du Parti progressiste-conservateur, mercredi, soit d'investir 2 milliards de dollars en quatre ans pour le système de santé. Brian Pallister a aussi clamé que son parti avait davantage investi dans la santé cette année que dans toute l'histoire d'un gouvernement néo-démocrate.


Affirmation : Brian Pallister, le chef du Parti progressiste-conservateur (PC), a déclaré: « Rien que pour cette année, nous investissons plus dans la santé que le gouvernement néo-démocrate ne l’a jamais fait. »

Cette affirmation est vraie.

Brian Pallister affirme depuis plusieurs mois que son parti dépense plus pour les soins de santé que ne l'a fait le précédent gouvernement néo-démocrate lors de sa dernière année au pouvoir. Si c'est vrai, cela s’explique surtout par l’inflation, qui fait en sorte que les coûts augmentent chaque année.

Selon les documents des budgets de la province (Nouvelle fenêtre), le gouvernement néo-démocrate de Greg Selinger a dépensé environ 6,2 milliards de dollars durant sa dernière année en exercice. Les progressistes-conservateurs ont planifié des dépenses de l’ordre de 6,6 milliards de dollars cette année, soit une augmentation d’environ 400 millions de dollars.

Ces données sont importantes parce qu’elles permettent de nuancer les affirmations du NPD et du Parti libéral, qui accusent les conservateurs de réduire les dépenses en santé. En réalité, c’est faux.

Par contre, ces partis ont raison lorsqu’ils parlent de réductions de facto pour les années où les dépenses augmentent moins rapidement que l’inflation.


Affirmations : Le NPD et les libéraux ont répondu à cette affirmation de Brian Pallister. Erin Selby, du NPD, a ainsi affirmé : « On a vu, au cours des trois dernières années, qu’il n’a pas dépensé la totalité de son propre budget en santé. »

De son côté, le chef libéral, Dougald Lamont, a déclaré : « Le bilan des conservateurs sur les soins de santé, c’est qu’ils n’ont pas une seule fois investi le montant qu’ils avaient promis. »

Ces affirmations sont presque vraies, mais pas complètement.

En effet, si le gouvernement Pallister prévoyait de dépenser 6,6 milliards de dollars en santé dans son dernier budget, on s’attend à ce que ces dépenses se situent dans les faits à 6,4 milliards de dollars, soit environ 200 millions de moins que prévu.

En 2017-2018, les progressistes-conservateurs avaient prévu des dépenses de 6,7 milliards de dollars en santé, mais seuls 6,5 milliards ont été réellement dépensés. Environ 200 millions de dollars sont restés dans les coffres de la province.

Mais, en 2016-2017, le gouvernement a dépassé son budget prévisionnel de dépenses en santé. Il a dépensé 49 millions de dollars de plus.

Au final, Erin Selby et Dougald Lamont ont raison de dire que les progressistes-conservateurs n’ont pas dépensé tout l’argent qu’ils avaient prévu pour la santé au cours des deux dernières années, mais ils ont tort lorsqu’ils affirment que cela a été le cas au cours des trois dernières années.


Affirmation : Brian Pallister s’est engagé à investir 2 milliards de dollars supplémentaires dans le financement des soins de santé s'il était réélu. Il a estimé que cette augmentation correspondrait à une hausse « légèrement supérieure à 2 % ».

Cette promesse n’est pas claire.

Si on répartit ces 2 milliards sur quatre ans, on arrive à une moyenne de 500 millions par an. Brian Pallister a été très clair : cet argent arriverait en surplus des dépenses déjà prévues. Son estimation de 2 % ne colle pas et a semé le doute dans l’esprit de plusieurs journalistes qui l'interrogeaient.

Concrètement, la somme de 500 millions de dollars correspond à une augmentation des dépenses bien supérieure à 2 %. Si on prend comme base les dépenses prévues pour cette année, soit 6,4 milliards environ, on arrive à une augmentation de 7,8 %.

En conclusion, soit Brian Pallister s’est trompé dans la somme que son parti envisage de dépenser, soit ces 500 millions de dollars par an ne représentent pas entièrement un investissement supplémentaire dans le budget de la santé.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 au Manitoba
Avec les informations de CBC

Manitoba

Politique provinciale