•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre de biométhanisation verra le jour à Montréal-Est

L'ancienne carrière Demix où sera construite l'usine de biométhanisation.

L'ancienne carrière Demix où sera construite l'usine de biométhanisation.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Montréal aura un centre de biométhanisation dans l'est de l'île, un projet dont la construction est évaluée à près de 167 millions de dollars.

La Ville a octroyé un contrat à l'entreprise SUEZ Canada, qui a été la seule à présenter une soumission pour ce projet. Le centre sera construit sur l’ancien emplacement de la carrière Demix.

L'entente prévoit un montant de 37 millions de dollars pour couvrir les frais d'exploitation et d'entretien sur une période de 5 ans.

Ces coûts sont 30 % plus élevés que ce que la Ville avait prévu, mais pour la mairesse Valérie Plante, ce projet est essentiel, dans la mesure où Montréal confie le traitement de la majorité de son compost à d'autres municipalités.

Le fait d’envoyer nos matières résiduelles à Joliette, pour moi, est un non-sens. Nous sommes l’île de Montréal, on génère énormément de matières résiduelles, nous devons être autonomes. Chaque kilomètre que l’on sauve du camionnage, d’embouteillages et de création de GES, c’est tant mieux.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

La mairesse Plante estime que le centre permettra de détourner 60 000 tonnes de matières organiques de l'enfouissement.

L’agglomération demeurera propriétaire du gaz naturel qui sera produit, puis injecté et transporté dans le réseau souterrain d’Énergir jusqu’au point d’utilisation.

Sur les ondes d'ICI PREMIÈRE, jeudi après-midi, le responsable de l'environnement à la Ville, Jean-François Parenteau, a précisé que les déchets secs iront à l'usine de compostage de Saint-Laurent, tandis que les déchets humides seront traités au centre de Montréal-Est.

Il a ajouté que la nécessité de cet emplacement se fait d'autant plus sentir que le programme de compostage de la Ville passera bientôt à une autre phase, celle de l'étendre aux immeubles de plus de huit logements.

M. Parenteau convient que les opérations devront demeurer simples pour inciter les contribuables à participer aux collectes.

Le maire de Montréal-Est, Robert Coutu, ne voit pas d'inconvénient à l'installation de l'usine sur son territoire. « Il n'y a pas de citoyens à proximité. On est dans une ancienne carrière, près des anciens terrains d’Esso. Du côté sud, il y a Ultramar. On est dans une zone industrielle », dit-il.

Les élus municipaux doivent se prononcer sur le projet lundi.

La nouvelle installation devrait entrer en service en 2022.

Grand Montréal

Matières résiduelles