•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Collision sur l'autoroute 440 : un camionneur impliqué n'aurait jamais freiné

Un pompier finit d'asperger la carcasse d'un camion calciné.

L'accident où une dizaine de véhicules sont entrés en collision sur l'autoroute 440 à Laval, le 5 août, a fait 4 morts.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un conducteur de camion impliqué dans la violente collision survenue le 5 août dernier sur l'autoroute 440, à Laval, n'aurait pas freiné avant que son véhicule n'en emboutisse d'autres, allègue la Sûreté du Québec (SQ) dans un affidavit.

Le document, publié jeudi, évoque le contenu d'une vidéo, filmée sur l'autoroute par un témoin, qui montrerait que le camionneur, suivi par l'auteur de la vidéo sur plus de deux kilomètres, n'aurait jamais freiné avant que son véhicule n'en emboutisse d'autres et aurait ainsi déclenché le carambolage qui a fait quatre morts.

Toujours selon ce qui est allégué dans l'affidavit, les mains du chauffeur ne seraient pas visibles sur le volant de son camion dans les instants précédant la collision.

La SQ estime qu'en circulant à une vitesse d'environ 105 km/h, le conducteur du camion aurait disposé de 4,8 secondes pour réagir et freiner pour éviter l'accident. Aucune trace de freinage ou de manoeuvre d'évitement n'aurait été détectée sur les lieux.

Dans l'affidavit, la police provinciale souligne qu'un conducteur réagissant à un danger immédiat a besoin d'une distance variant entre 90 et 126 mètres pour immobiliser son véhicule.

La cabine du camion contenait une tablette électronique sur laquelle le chauffeur pouvait consulter des messages de son entreprise et des cartes de navigation. Le chauffeur disposait également d'un téléphone intelligent, qui a été détruit lors de l'accident, indique l'affidavit. La SQ a cependant obtenu une autorisation judiciaire pour examiner les métadonnées de l'appareil en question.

Au cours d'un interrogatoire mené par un agent de la SQ, relaté dans l'affidavit, le chauffeur du camion a affirmé qu'il n'avait pas son cellulaire en main et a refusé d'expliquer pourquoi il n'avait pas freiné.

Le camion fautif a embouti un total de six véhicules, puis un autre camion, projetant ce dernier sur une distance de 10 mètres, ce qui a entraîné une collision avec un septième véhicule de promenade, indique aussi l'affidavit de la Sûreté du Québec.

Grand Montréal

Accident de la route