•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nombreux travaux prennent du retard dans les écoles de la CSPO

L'établissement scolaire vu de la rue.

L'École Saint-Paul, dans le secteur de Hull, voit son projet de cours d'école repoussé depuis deux ans.

Photo : Google Earth

Antoine Trépanier

Une centaine de travaux d’infrastructures scolaires ont été inscrits depuis 2017 à la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO), mais le tiers d’entre eux doit encore être complété. Qui plus est, les commissaires ignoraient quel était l'état de ces travaux.

Une réunion extraordinaire du conseil des commissaires a eu lieu mercredi soir à Gatineau à ce sujet.

En marge de cette réunion, tenue à huis clos pendant environ deux heures, plusieurs élus se sont dits frustrés par les retards de travaux souvent anodins. La façon dont les contrats sont octroyés et la rapidité d’exécution au département des ressources matérielles sont au coeur des préoccupations des commissaires.

Ça fait presque 33 ans que je suis commissaire et c’est la première fois que je vois ça. Parce que d’habitude, ça roulait bien. Il faut dire qu’on a eu la tornade qui a empêché beaucoup de choses, a déclaré la doyenne du conseil des commissaires de la CSPO, Francine Lorange.

On ignore la nature des discussions qui ont eu lieu durant le huis clos. Mais des commissaires ont confié qu’ils avaient des questions précises sur des projets qui auraient dû être commencés depuis des mois et dont le financement avait été accordé.

On a beaucoup de travaux qui n’ont pas eu lieu. Pour une raison x ou y – on n’a pas la raison – mais on sait que ce n’est pas fait, a admis le président de la CSPO, Mario Crevier.

Des projets petits et grands

Certains des projets sont majeurs, comme des travaux d’agrandissements ou la construction de nouvelles écoles. D’autres sont de moindre envergure, mais ils représentent de véritables irritants pour les directions scolaires.

C’est le cas du projet de cour d’école de l’École Saint-Paul, dans le secteur de Hull. Depuis plus de deux ans, l’établissement a amassé les fonds nécessaires par l’entremise de campagnes de financement pour mener à terme ce projet qui prévoit notamment la construction d’une cabane extérieure.

Toutefois, selon une lettre écrite par la présidente du conseil d’établissement de l’école en juin et dont Radio-Canada a obtenu copie, la direction des ressources matérielles de la CSPO a décidé de repousser le projet depuis les deux dernières années tout en allant en appel d’offres pour d’autres projets de cours d’école plus récents.

Dans la missive, on peut lire que certaines subventions pourraient être retirées à l’École Saint-Paul si la CSPO ne menait pas à terme les travaux d’aménagement. Qui plus est, le conseil d’établissement demande un dédommagement complet si le projet ne va pas de l’avant.

Pour moi, il faut les faire les travaux et ça prend un échéancier quelque part.

Mario Crevier, président de la CSPO

On avait des listes [de travaux à faire], mais on n’en tenait pas compte. Nous, on n’en tenait pas compte. Là, il faut vraiment qu’on fasse un suivi, réplique le président de la CSPO, Mario Crevier.

Durant cette réunion extraordinaire mercredi soir, les commissaires ont adopté deux résolutions mandatant la direction générale pour trouver des solutions aux problèmes existants.

On a constaté qu’au cours des dernières années, à cause de circonstances hors de notre contrôle, on n’a pas pu mener à bien l’ensemble des projets qu’on avait prévus depuis 2017. Alors, il faut rattraper le temps perdu et comment on va le faire, en prenant les dispositions nécessaires. Ça a mené à l’adoption de deux résolutions qui vont nous permettre de nous assurer que l’année qui vient va très bien se passer, a déclaré le commissaire Serge Lafortune, qui est à l’origine cette rencontre extraordinaire.

Ottawa-Gatineau

Éducation