•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bathurst défend l'offre présentée à ses employés en lock-out

Paolo Fongemie donne une conférence de presse.

« On est préparé pour que ça dure longtemps », affirme le maire Bathurst, Paolo Fongemie.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Bathurst au Nouveau-Brunswick juge que l’augmentation salariale qu'elle a présentée à ses employés en lock-out est raisonnable et qu’elle manque de moyens pour leur offrir davantage, explique le maire Paolo Fongemie.

La Municipalité a imposé un lock-out à 22 employés administratifs le 25 juillet, après 20 mois de négociations. La dernière entente collective entre les deux parties est échue depuis le 31 décembre 2016.

Le maire, Paolo Fongemie, a donné une conférence de presse, jeudi, en compagnie de plusieurs conseillers municipaux, pour présenter publiquement l’offre faite aux syndiqués.

Les négociations avec le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente ce groupe d'employés, ont repris cette semaine. Il ne restait que la question de l’augmentation salariale à régler, selon le maire. L’offre de la Ville est 7,5 % sur une période de cinq ans, précise-t-il.

Les syndiqués ont voté contre cette offre, mercredi.

Des employés qui manifestent.

Pendant que la Ville de Bathurst faisait un point de presse pour défendre son offre, les employés en lock-out manifestaient à l'extérieur.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Nous sommes amèrement déçus du résultat du vote, affirme Paolo Fongemie. On considère que l’offre présentée à nos employés était plus que raisonnable et sur plusieurs aspects. Il est surtout important de noter que l’offre de l’augmentation salariale [est] plus haute que l’index [indice] du coût de la vie pour la durée de ce contrat.

À ce moment-ci, notre position est ferme et le lock-out va se poursuivre.

Paolo Fongemie, maire de Bathurst

Si on regarde du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018, en utilisant la même calculatrice que sur le site web [du SCFP], on voit que l’index du coût de la vie est 1,28 et nous, on leur offre 1,5 par année, indique M. Fongemie.

Bathurst ne veut pas devenir plus chère

La Municipalité a terminé le dernier exercice financier avec un déficit budgétaire d’environ 1 million de dollars et elle devra consacrer près de 700 000 $ à payer cette dette en 2020, selon le maire. Bathurst ne veut pas augmenter ses impôts fonciers qu’elle trouve déjà élevés en ce moment.

Notre impôt foncier a augmenté de 14 ¢ depuis 2003, ce qui fait que la ville de Bathurst est la troisième ville la plus dispendieuse [où] demeurer dans la province. [...] On ne veut pas devenir la ville la plus dispendieuse [...] Le 1,5 %, ça fait dans notre budget sans qu’on monte les taxes, conclut Paolo Fongemie.

Nouveau-Brunswick

Politique municipale