•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interdit de vivre dans les véhicules récréatifs, dit un district britanno-colombien

Des véhicules récréatifs sur un terrain de camping.

L'augmentation du nombre de personnes qui vivent dans ces véhicules a souvent été associée au manque de logements abordables dans la province.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le District régional de Thompson-Nicola, dans l’intérieur de la Colombie-Britannique, rappelle à la population que les véhicules récréatifs ne peuvent pas être utilisés comme logements permanents.

Selon la directrice des services de développement du district, Regina Sadilkova, le nombre de personnes qui vivent dans leur véhicule est un problème croissant.

Il y a de plus en plus de véhicules récréatifs qui ne sont pas en état de marche et qui sont vendus à bas prix. Les gens les achètent et les stationnent , a expliqué Mme Sadilkova à l’antenne de l’émission Daybreak Kamloops, de CBC.

Ensuite, ils commencent à y ajouter des terrasses, des vérandas, des toits, a-t-elle ajouté.

Selon Mme Sadilkova, non seulement elles sont laides, mais ces habitations contreviennent aux normes des maisons permanentes, notamment l'obligation d'avoir un système d'égout fonctionnel.

Les véhicules stationnés le long des lacs et des rivières créent également des problèmes pour l’environnement, a-t-elle dit.

De plus, ces habitations ne représentent aucune source de revenus pour le district, puisque les véhicules récréatifs n’ajoutent pas de valeur aux propriétés.

En Colombie-Britannique, l’augmentation du nombre de personnes qui vivent dans ces véhicules a souvent été associée au manque de logements abordables dans la région du Lower Mainland.

Les personnes qui vivent à côté de ce type d’habitations se plaignent que ces dernières contribuent à l'accumulation d’ordures, de rats et d’autres problèmes.

Mme Sadilkova a affirmé que le district régional comptait travailler avec des agences sociales pour s'assurer que les personnes seront logées ailleurs si elles ne trouvent pas de logements abordables dans le district de Thompson-Nicola.

Elle a cependant précisé que les personnes qui habitent dans des véhicules récréatifs sont passibles d'une amende de 250 $.

Colombie-Britannique et Yukon

Pauvreté