•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois acheteurs montrent de l'intérêt pour l'usine d'Orbite

Usine Orbite de Cap-Chat

Usine Orbite de Cap-Chat

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Trois acheteurs potentiels se sont manifestés pour reprendre l'usine d'Orbite, à Cap-Chat, selon le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon.

Il y a eu des repreneurs qui ont montré un intérêt. J'ai parlé aux gens d'Investissement Québec et avec Pricewaterhouse[Coopers]. Ils commencent à analyser les offres, les bonifier peut-être, et voir si quelqu'un est prêt à prendre un risque comme investisseur pour repartir l'usine, affirme le ministre Fitzgibbon.

Sans donner des détails sur l'identité de ces acheteurs potentiels, le ministre indique qu'ils détiennent une expérience opérationnelle.

C'est important. Je ne pense pas qu'un repreneur financier soit approprié ici, parce qu'il y a de l'expertise qui manque, ajoute-t-il.

Le ministre québécois de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, lors d'une période de questions à l'Assemblée nationale.

Le ministre québécois de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La qualité du repreneur est plus importante pour moi que la transaction financière. J'aime autant mettre plus d'argent avec un entrepreneur de haut niveau, parce qu'en bout de piste ce qu'on veut, c'est que l'opération fonctionne, on veut de l'emploi et on veut bénéficier d'une technologie qui pourrait être exportée à d'autres au Québec, explique le ministre.

M. Fitzgibbon dit suivre le dossier de près avec Investissement Québec et croit qu'une décision sera prise d'ici huit semaines.

Des actionnaires inquiets

En juin, la société Technologies Orbite a annoncé l'arrêt immédiat des activités à son usine et le lancement d'un processus de vente ou de liquidation. Les parties intéressées avaient jusqu'au 9 août pour déposer une offre.

Durant ce processus, 215 entités ont été approchées par le Contrôleur et des ententes de confidentialité ont été conclues avec 12 d'entre elles, selon la société. L'entreprise ajoute que quatre parties ont visité l'usine de production et/ou le centre de développement technologique, situé à Laval.

Des actionnaires de l'usine demandent toutefois l'arrêt du processus de vente, par crainte de perdre leur investissement.

Ils ne sont pas les seuls à avoir pris un risque; les deux paliers de gouvernement ont également investi des sommes significatives dans l'entreprise.

Nous avons quand même investi 25-26 millions de dollars, alors c'est beaucoup d'argent. C'est sûr qu'on aimerait voir ce projet-là continuer, souligne le ministre Fitzgibbon.

Avec les informations de Sylvie Aubut

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Métaux et minerais