•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les calmars fourmillent dans la baie de la Conception

Chargement de l’image

Un calmar attrapé mercredi à Holyrood, à Terre-Neuve.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Chargement de l’image
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a quelques décennies, c’était une récurrence annuelle. Les calmars fourmillaient dans la baie de la Conception, à Terre-Neuve, et les pêcheurs, couverts d’encre, remplissaient les bateaux de leurs prises.

La saison de la pêche aux calmars à Holyrood est un événement estival visqueux, chaotique et de plus en plus rare.

Chargement de l’image

Des pêcheurs de calmars dans la baie de la Conception mercredi.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Mercredi, des bateaux de pêche parsemaient la baie à quelques dizaines de mètres de la plage de Holyrood, située à environ 30 minutes de Saint-Jean. C'est là où les calmars circulaient en bancs.

Chargement de l’image

Un banc de calmars nage près du quai de la marina de Holyrood.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Les bonnes journées, les pêcheurs comme Stan Smith peuvent hameçonner 6000 livres de calmars par bateau.

Chargement de l’image

Stan Smith, pêcheur de calmars

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Originaire de Dildo, le pêcheur a seulement attrapé 300 livres de calmars mercredi. Mais la veille, il a pêché environ 10 fois cette quantité dans la baie.

Chargement de l’image

Un bac rempli de calmars après une journée sur la baie de la Conception.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Sur la plage, Laura Park pêche aussi les calmars, mais sans les équipements utilisés par les pêcheurs professionnels.

Chargement de l’image

Laura Park

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Sans bateau, sans hameçon et sans filet, elle tire des calmars de l’eau par la main. C’est un défi : la peau des calmars est glissante et leur bec peut pincer.

Chargement de l’image

Laura Park ramasse des calmars à la plage de Holyrood.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Laura Park et son mari sont arrivés au quai de Holyrood mercredi matin pour acheter des calmars frais.

Mais les encornets étaient tellement abondants et tellement près de la plage qu’ils se sont mis à les enlever de l’eau eux-mêmes.

Chargement de l’image

Laura Park garde des dizaines de calmars dans un seau.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le couple a rempli deux seaux de calmars. Il estime en avoir attrapé une centaine.

Chargement de l’image

Mac Pritcher, mari de Laura Park

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le mari de Laura, Mac Pitcher, a grandi à quelques kilomètres de la plage de Holyrood. Il pêche les calmars depuis son enfance.

À la fin des années 1970, quand on passait par Holyrood, il fallait monter les fenêtres de la voiture et se tenir le nez, raconte-t-il. La plage était couverte de calmars qui pourrissaient.

« On voyait régulièrement ce spectacle à l’époque. C’était la routine. Maintenant, ce n’est qu’un phénomène. »

— Une citation de  Mac Pritcher
Chargement de l’image

Un pêcheur de calmars dans son bateau à la marina de Holyrood.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Les calmars reviennent à Holyrood en grand nombre depuis les deux dernières années.

Les pêcheurs qui prennent la mer pour attraper leurs prises se servent de larges moulinets, équipés de plusieurs hameçons. Les lignes sont déroulées, tombent sur les calmars et les attrapent.

Chargement de l’image

Un bateau couvert d'encre.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Quand les pêcheurs retournent à la marina de Holyrood, les bateaux sont tachés d’encre. Une flaque de liquide noir couvre le fond de la coque.

Chargement de l’image

Les pêcheurs de calmars enlèvent leur bateau de l'eau.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Pour Stan Smith, c’est le moment de se rendre à l’usine de transformation. En fonction de l’acheteur, les pêcheurs peuvent se faire payer entre 0,80 $ et 1 $ la livre de calmars.

Une pêcherie lucrative, si on a de la chance!

Chargement de l’image

Stan Smith après une journée sur l'eau

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !