•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La viande de wapiti contaminée par la maladie débilitante chronique a pu se retrouver dans votre assiette

La silhouette d'un cerf apparaît diffuse dans l'aurore.

La proportion de wapitis atteint de la maladie débilitante chronique atteint 8 % dans certaines parties de l'Alberta.

Photo : Getty Images / Dan Kitwood

Radio-Canada

L'Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) confirme qu'au cours des cinq dernières années les consommateurs ont eu accès à de la viande provenant de 21 troupeaux de wapitis contaminés par la maladie débilitante chronique.

L’information provient d’un courriel envoyé par l’ACIA à l’organisme BloodWatch, qui milite pour la sécurité des transfusions sanguines.

Dans son message, l’agence indique qu’avant 2014 tous les animaux infectés par la maladie débilitante chronique, similaire à la maladie de la vache folle, étaient enterrés ou incinérés.

Après 2014, toutefois, des bêtes provenant de troupeaux contaminés par la maladie ont été abattues et utilisées pour la consommation humaine.

L’ACIA rappelle qu’elle interdit l’acheminement de viande contaminée jusqu’aux consommateurs.

  • Elle souligne toutefois qu’il n’existe aucune règle nationale obligeant les éleveurs à faire tester leur viande pour détecter la maladie.
  • Depuis 2014, la majorité des cas de maladie débilitante chronique ont été découverts en Alberta et en Saskatchewan.

Écho de la maladie de la vache folle

L’ancien député libéral albertain David Swann estime qu'il est totalement inacceptable que de la viande possiblement infectée ait pu se retrouver sur les tablettes des magasins.

C’est une menace sérieuse pour l’Alberta, pour le Canada, pour notre économie, pour notre industrie agricole, pour notre faune et pour la santé humaine, ajoute-t-il. Ça me stupéfie que seulement 10 ans après la crise de la vache folle, on ne reconnaisse pas qu’un problème identique frappe les cerfs et qu'on continue à consommer cette viande sans égard à notre sécurité et à notre santé.

Selon lui, personne ne devrait consommer de la viande de cervidés provenant de l’est de l’Alberta et du sud de la Saskatchewan, à moins que celle-ci soit ne certifiée exempte de la maladie débilitante chronique.

Ces inquiétudes font écho à l’épisode de la maladie de la vache folle qui a frappé le Royaume-Uni il y a quelques années.

  • À l’époque, personne ne croyait que la maladie était transmissible aux humains. 
  • Avec le temps, le lien entre le virus et l’émergence d’une variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, un désordre cérébral fatal chez les humains, est apparu. 

La maladie gagne du terrain

La professeure à l’Université de l’Alberta Debbie McKenzie étudie la maladie débilitante chronique depuis 20 ans.

Elle estime que l’ACIA en fait suffisamment pour prévenir les risques de transmission à l’humain. Par contre, elle reconnaît que la maladie se répand d’année en année.

Dans certaines parties de la province, le taux d’infection atteint 8 % des cerfs, souligne-t-elle. Aux États-Unis, à certains endroits, cette proportion dépasse même 50 %.

Rod Dick, de l’Association de la chasse et de la pêche de l’Alberta, demande quant à lui au gouvernement de mettre en place des mesures pour éviter la propagation de la maladie.

De tous les cerfs-mulets chassés l’année dernière, 12 % avaient la maladie débilitante chronique, rappelle-t-il. Il observe que les foyers de propagation suivent le cours des principales rivières qui traversent la province.

Chaque année, on voit la maladie s’enfoncer de plus en plus profondément dans les terres, indique-t-il. Les biologistes du gouvernement craignent que, si la maladie se propage au-delà de l’autoroute 2 jusqu’aux contreforts, on ne soit jamais capable de la contrôler.

Avec les informations de Sarah Rieger, CBC News

Alberta

Santé publique