•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Acadie a désormais sa Minute du patrimoine

Une femme et un enfant en costumes du 18e siècle pendant un tournage.

Une scène de la Minute du patrimoine consacrée à la déportation des Acadiens tournée le 7 septembre 2018, à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Radio-Canada

La déportation des Acadiens est racontée dans une nouvelle capsule de la populaire série historique des Minutes du patrimoine lancée en ce 15 août.

Les Minutes du patrimoine sont présentées à la télévision et dans les salles de cinéma depuis 1991 et diffusées sur Internet par l’organisme Historica Canada.

La nouvelle capsule tournée l’an dernier, en Nouvelle-Écosse, raconte la déportation de la perspective d’une mère qui perd tout ce qu’elle possède et qui voit sa famille déchirée.

On a fait beaucoup de recherches pour savoir c’était quoi l’expérience des femmes [...], c’est-à-dire qu’elles avaient besoin de prendre tout ça, paqueter le logis, paqueter les enfants, aller à la plage, se faire pousser par les soldats, ne pas savoir où est leur mari, ne pas savoir où est leur petit gars, explique la coordinatrice des Minutes du patrimoine, Melissa O'Neil.

Les comédiens sont en grande majorité des Acadiens. Le tournage a eu lieu en septembre 2018 dans la région de Port-Royal.

Pour nous, c’était très important de chercher l’accent du passé [autant] que possible, et dans l’Acadie c’est possible. Dans les communautés de Clare, d’Argyle, de Pubnico, l’accent le plus proche de 1755 est préservé un peu, indique Melissa O'Neil.

L’historien Maurice Basque a collaboré à la production en tant que consultant. Il est très satisfait du résultat. Je trouve que, pour avoir travaillé avec Historica, j’ai été très impressionné par leur souci de la précision et du détail, souligne-t-il.

J’aime beaucoup la fin. J’ai été surpris d’entendre la voix d’Antonine Maillet. J’étais content qu’elle arrive pour dire que malgré tout ça, on est toujours ici aujourd’hui et on n’oublie pas, mais on n’est pas pour autant des victimes, ajoute Maurice Basque.

Raconter un événement de cette ampleur en seulement 60 secondes était tout un défi. La déportation, c’est sur des années, c’est très complexe. Soixante secondes, ce n’est pas long, mais c’est pour piquer la curiosité, affirme l’historien.

Les gens peuvent visionner la Minute du patrimoine sur la déportation des Acadiens sur les pages Facebook, Twitter, Instagram et YouTube d’Historica Canada. Elle sera aussi projetée lors du grand spectacle du 15 août organisé à Dieppe.

Avec les renseignements de l'émission Le réveil Nouveau-Brunswick

Nouveau-Brunswick

Histoire