•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une explosion détruit sept maisons à London

Le reportage de Mathieu Simard

Photo : Police de London

Radio-Canada

Sept résidences de London, dans le Sud-Ouest de l'Ontario, ont été détruites à la suite d'une explosion survenue tard mercredi soir. Sept personnes ont été blessées, mais on ne craint pas pour la vie.

Selon la police, une conductrice a embouti l'une des maisons touchées vers 22 h 35 mercredi soir.

Environ 12 minutes après l'arrivée des policiers, le domicile a explosé et les flammes se sont propagées à des résidences avoisinantes. Au total, sept maisons ont été détruites.

Les autorités ont précisé jeudi matin qu'un résident avait été blessé, tout comme deux policiers et trois pompiers, qui ont subi des blessures mineures et qui ont depuis reçu leur congé de l'hôpital.

Un quatrième pompier est toujours hospitalisé. Son état est sérieux, mais stable.

C'est extraordinaire que personne n'a été blessé sérieusement ou tué.

Jack Burt, chef adjoint intérimaire du service des incendies
Photo d'un homme devant une caméra portant un uniforme blanc et une casquette de pompier.

Le chef adjoint intérimaire des pompiers de London, Jack Burt

Photo : Radio-Canada

M. Burt explique que les occupants du domicile embouti n'était pas chez eux au moment de l'accident et que les voisins étaient déjà sortis de leur domicile à l'arrivée des secours, à cause du bruit causé par la collision.

Sentant une odeur de gaz, les services d'urgence avaient déjà amorcé l'évacuation de la rue lorsque la déflagration s'est produite.

Le domicile où l'explosion a eu lieu est maintenant un cratère, raconte M. Burt.

Accusations

La conductrice impliquée, Daniella Alexandra Leis, a été arrêtée et accusée entre autres d'ivresse au volant et de conduite ayant causé des lésions corporelles.

Les policiers pensent que l’explosion a été causée par la rupture d’une conduite de gaz naturel située à l'extérieur de la demeure que l'automobiliste de 23 ans est accusée d'avoir percutée. La femme de Kitchener doit comparaître en cour le 4 septembre.

L'incendie a été maîtrisé, mais les pompiers demeurent sur place. Le chef adjoint intérimaire des pompiers, Jack Burt, raconte que le service a fait face à de multiples feux structurels durant la nuit.

L'explosion a produit des débris importants sur une étendue de plus d'un pâté de maisons, raconte-t-il.

Vue aérienne de la scène : on distingue plusieurs maisons endommagées et des véhicules d'urgence. Un jet d'eau arrose un des toits de maison.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plus de 50 pompiers ont passé la nuit sur les lieux et ont combattu des foyers d'incendie jusqu'au matin.

Photo : Police de London

Le Bureau du commissaire des incendies de l'Ontario a ouvert une enquête.

Évacuation

L’explosion s’est produite dans le secteur de la rue Dundas et de l’avenue Woodman, dans le quartier Old East Village.

Environ 100 résidences situées dans un rayon d'un pâté de maisons des lieux de la déflagration ont été évacuées par mesure de précaution, indique la police.

Des pompiers et témoins observent des flammes au loin.

L'explosion s’est produite dans un quartier de l’est de London, en Ontario, tard mercredi soir.

Photo : CBC

L'explosion a été ressentie sur plusieurs kilomètres; le bruit produit a été entendu dans une grande partie de la ville.

La résidente du quartier Old East Village Joane Bishop affirme que la communauté est sous le choc.

On a pu sentir les vibrations de l'explosion nous traverser le corps.

Joane Bishop, témoin de l'explosion

Il y avait des débris partout, des fenêtres cassées, raconte-t-elle. On a vu un toit être soufflé au-dessus des arbres avant de retomber au sol.

Photo d'une femme aux cheveux blonds devant des véhicules de police et de pompier.

Tracy Balayewich a dû quitter son domicile en vitesse, mercredi soir.

Photo : Radio-Canada

Tracy Balayewich qui habite à une rue de l’avenue Woodman raconte qu'elle a dû quitter son domicile en vitesse, mercredi soir.

Lors de l'évacuation, on ne nous a pas donné le temps d'emporter quoi que ce soit, on a dû partir sur le champ.

Tracy Balayewich, résidente évacuée

La sinistrée raconte qu'elle n'a pas dormi de la nuit. Elle espère pouvoir récupérer ses trois chiens et ses deux chats, jeudi, mais attend toujours le feu vert des autorités avant de retourner dans sa maison. Elle ne sait pas à quel point sa demeure a été endommagée.

Nombre de sinistrés ont passé la nuit, eux, chez des voisins ou des amis. La Ville de London a logé plusieurs dizaines d'autres résidents touchés dans des hôtels.

[À leur arrivée mercredi soir au centre d'urgence Carling Heights ouvert par la Ville], les évacués étaient désorientés; la plupart étaient en pyjama et certains étaient pieds nus, raconte David Siller, de la Croix-Rouge de London. Certains avaient leur chien ou leur chat avec eux.

Le maire de London, Ed Holder, dit que la Ville porte dans ses prières les sinistrés qui ont passé « l'une des nuits les plus terrifiantes de leur vie ». La Ville a mis en place une ligne d'information pour les résidents touchés (519-661-CITY).

L'ordre d'évacuation pourrait durer plusieurs jours, selon les autorités.

Avec les informations de CBC News

Accidents et catastrophes

Justice et faits divers