•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les amendes doublées en zone scolaire à Sherbrooke

Un policier du Service de police de Sherbrooke fait du radar sur une route de la ville

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La circulation devrait être plus sécuritaire le mois prochain aux abords des écoles de Sherbrooke. Dès septembre, il en coûtera le double aux automobilistes qui dépasseront la limite de vitesse dans les zones scolaires.

Les nouvelles dispositions de la loi sont entrées en vigueur le 1er août et s'inscrivent dans la refonte du Code de la sécurité routière. Chaque municipalité est responsable de faire appliquer la loi, mais à Sherbrooke, ces nouvelles mesures seront en vigueur dès le 1er septembre. La vitesse est généralement limitée dans les zones scolaires à 30 km/h entre 7h et 17 h de septembre à juin.

Pour vous donner un exemple, lorsqu'un conducteur est capté à 50 km/h dans une zone de 30 km/h, l'amende est de 200 dollars et de 1 point d'inaptitude qui s'ajoute au dossier, tandis que si vous êtes capté à 70 km/h, l'amende est de 536$ et étant donné qu'il s'agit d'un grand excès de vitesse, les points sont aussi doublés et 12 points d'inaptitude s'ajoutent à votre dossier, prévient le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Lors de la rentrée scolaire de l'an dernier, le Service de police de Sherbrooke a remis plus de 200 contraventions en zone scolaire en seulement quelques semaines.

Ce sont des gens qui ont souvent la même excuse: ils sont pressés, ils ont un rendez-vous, ils doivent aller au travail ou ont des cours... mais il n'y a rien qui vaut une vitesse excessive dans une zone scolaire.

Martin Carrier, porte-parole du SPS

Selon le ministère des Transports du Québec, il est primordial de rendre la route plus sécuritaire pour les jeunes.

Le ministère considère qu'il faut protéger les usagers les plus vulnérables, notamment les piétons et les écoliers, explique la porte-parole du MTQ, Mila Roy.

Le 8 juillet dernier, une fillette de 7 ans a été happée mortellement par un camion à Victoriaville alors qu'elle se rendait à un camp de jour, qui se trouvait à l'école du secteur. Même si la vitesse n'était pas en cause dans ce drame, la possibilité de limiter la limite de vitesse à 30 km/h en tout temps a été évoquée et le MTQ dit ne pas être fermé à l'idée.

 Les municipalités peuvent décider également de prolonger ces périodes-là, sauf qu'elles doivent installer un panneau de signalisation supplémentaire qui indique la période à laquelle les amendes peuvent être données aux usagers de la route, note Mila Roy.

Estrie

Prévention et sécurité