•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa aura les clés du train léger « à un moment ce mois-ci », selon le maire Watson

Un train léger sur rail la nuit.

L'étape 1 de l'O-Train d'Ottawa devait être livrée en mai 2018 (archives).

Photo : Ville d'Ottawa

CBC

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a refusé de dire, mercredi, si la Ville pourra prendre possession de la ligne de la Confédération le 16 août, tel qu'annoncé il y a quelques semaines.

Le système de transport en commun, qui a coûté 2,1 milliards de dollars, subit présentement une dernière phase d'essais de 12 jours, période durant laquelle il doit fonctionner à plein régime sans problème majeur.

Ni M. Watson ni aucun représentant de la Ville n'ont voulu dire comment ces tests finaux qui ont commencé le 29 juillet dernier se déroulent.

Quand les tests seront terminés et que nous serons satisfaits, nous prendrons les clés du train léger. Nous en ferons l'annonce au public, au média et aux membres du conseil municipal, le moment venu, s'est contenté de dire le maire, qui estime que le jour de vérité viendra quelque part ce mois-ci.

J'ai encore bon espoir que nous aurons un système de transport en commun opérationnel et prêt à accueillir des passagers en septembre cette année.

Jim Watson, maire d'Ottawa

Selon des sources, un train aurait été complètement immobilisé, mardi après-midi, pendant un test. Si le train léger était opérationnel et ouvert au public, un tel bris aurait nécessité le déploiement d'autobus supplémentaires pour compenser.

Qui plus est, d'autres problèmes seraient survenus sur une base presque quotidienne depuis le début des 12 jours d'essais.

Un quatrième retard et une autre pénalité de 1 M$

Le mois dernier, M. Watson a affirmé que la Ville prendrait possession du train léger le vendredi 16 août, mais des sources au fait de l'avancement des tests ont confié à CBC qu'un tel scénario était peu probable.

Le maire a précisé que le Groupe de transport Rideau (GTR) ratait sa cible pour une quatrième fois, il devra payer une nouvelle pénalité d'un million de dollars.

Cette somme — tout comme les pénalités encourues pour les échéances ratées de mai 2018, novembre 2018 et mars 2019 — sera déduite des 202 millions de dollars que la Ville doit encore verser au consortium qui a construit le train léger.

Quand le GTR aura terminé ses essais, un vérificateur indépendant devra certifier que tout est bel et bien en ordre avant que la Ville devienne propriétaire de l'infrastructure. Une fois la passation terminée, il faudra encore quelques semaines pour que la Ville prépare le train pour accueillir ses premiers passagers.

Avec les informations de Joanne Chianello

Ottawa-Gatineau

Politique municipale