•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Up Here 5 : quelques événements à ne pas manquer

Milk & Bone en concert.

Le duo électro-pop Milk & Bone de Montréal sera sur la scène du Grand Théâtre dimanche soir.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La cinquième édition du festival Up Here débutera vendredi dans le Grand Sudbury. Avec plus d’une cinquantaine d’activités, de concerts et de performances artistiques, il peut être difficile de savoir par où commencer. Trois recommandations pour tirer pleinement avantage du festival.


Charlotte Cardin chante et joue du clavier sur scène

Les paroles honnêtes et émouvantes de la jeune autrice-compositrice-interprète Charlotte Cardin sont bien reçues tant au Canada anglais que français.

Photo : FIJM/Frédérique Ménard-Aubin

Des artistes talentueuses

La place des femmes dans les festivals musicaux est un des enjeux les plus discutés dans l’industrie musicale cet été.

Si on ne retient que des artistes ou des groupes entièrement féminins, la moyenne des festivals québécois est de 23 % en 2019, selon une enquête de Radio-Canada.

Toutefois, le festival Up Here se vante d’avoir atteint la parité il y a déjà quelques années.

Tous les festivals ont la responsabilité d’assurer une certaine parité, affirme la responsable des communications, Sophia Bagaoui.

Mais bien honnêtement, il y a tellement de grand talent féminin que pour nous, ça se fait très naturellement.

Parmi ses talents, on compte le collectif islandais Reykjavíkurdætu – qui signifie « Les filles de Reykjavik –, qui revendique la place de femmes dans la scène hip-hop, le duo electro-pop montréalais Milk & Bone de Montréal , et les Sudburoises émergentes Jenifer Holub, Brooke Bruce.


Des personnes dans une nacelle est train de peindre l'extérieur d'un bâtiment.

L'artiste américain RISK recouvrera les 7500 mètres carrés de l’ancien hôpital Saint-Joseph de peinture multicolore.

Photo : RISK

La tournée des murales

Bien avant d’être un festival de musique et d’art urbain, Up Here tatouait déjà les murs de la Ville du Nickel avec ses murales.

La maintenant célèbre « You are beautiful. » sur la rue Durham est la première à avoir décoré un mur du centre-ville en 2013.

Depuis, l’organisme a complété plus d’une vingtaine d’œuvres d’art similaires à Sudbury.

Si certaines sont difficiles à manquer, d’autres sont bien cachées dans les recoins du centre-ville.

Pour tous les voir, le festival organise deux excursions guidées, samedi après-midi.

La pièce centrale : l’addition de la plus grande murale au Canada, sur les murs de l’ancien hôpital Saint-Joseph.


Photo artistique d'Hubert Lenoir.

Hubert Lenoir s’est lui-même décrit comme un « cauchemar canadien-français » lors de la cérémonie des prix Polaris.

Photo : Radio-Canada / Vanessa Heins

La francophonie au cœur du festival

Ceux qui cherchent des concerts en français auront de quoi se garder amplement occupé lors du festival.

Plusieurs reconnaîtront Hubert Lenoir en tête d’affiche, qui s’est mérité quatre Félix au Gala de l’Adisq en 2018.

Mais le festival présente une dizaine de spectacles musicaux d’artistes francophones ou francophiles.

C’est important de bien servir la communauté francophone de Sudbury, qui est super engagée et dynamique, affirme Mme Bagaoui.

Mais c’est aussi important de présenter aux anglophones ce qui se fait en français. C’est important de faire le pont entre ce qui se passe sur la scène francophone au Québec et au Canada et le Nord de l’Ontario.

Certains d’entre eux chantent exclusivement en français, comme c’est le cas pour Xarah Dion, Les Breastfeeders et Police des mœurs

D’autres – tel que Charlotte Cardin, FET.NAT et la Franco-Ontario Cindy Doire – offrons une performance dans les deux langues officielles.


Un dôme blanc sur une rue

Up Here érigera son dôme emblématique sur la rue Durham pour accueillir des spectacles libres d’accès.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Des événements gratuits

Même sans laissez-passer, le public aura accès à de nombreuses activités.

Notre festival s’approprie l’espace public, donc de l’espace qui appartient à tous, indique Mme Bagaoui. Ça fait donc partie de notre mandat de démocratiser le plus possible notre offre culturelle. On veut que tout le monde puisse participer.

Pour accomplir ce but, le festival offre l'entrée gratuite à une série de spectacles du style 5 à 7.

En outre, quatre groupes se succéderont sur la scène du parc Mémorial lors de la journée familiale, samedi après-midi, où les enfants pourront aussi participer à de nombreuses activités.

Pour les plus grands, des soirées dansantes sont à l’affiche tous les soirs au dôme sur la rue Durham, à la hauteur de la rue Elgin.

Le festival annonce aussi une tournée mystère, dimanche après-midi, lors de laquelle les participants seront transportés en autobus à trois destinations qui n’ont pas encore été dévoilées.

Finalement, plusieurs concerts impromptus et performances artistiques seront dévoilés en dernière heure sur l’appli du festival.

Nord de l'Ontario

Art urbain