•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TeacherCon, ou comment apprendre aux enseignants à enseigner la programmation

Lignes de code sur un écran d'ordinateur.

L’organisme offre des ateliers qui permettront aux participants d'enseigner des notions de base en programmation dans les classes de la maternelle à la 12e année.

Photo : iStock / scanrail

Dereck Doherty

L’organisme Canada en programmation offre ces jours-ci, à Ottawa, des ateliers qui permettront à des enseignants d’apprendre à enseigner des notions de base en programmation dans les classes du primaire au secondaire, dans le but de répondre aux demandes du marché du travail.

Des participants, principalement des enseignants et de futurs enseignants, sont réunis à l’Université d’Ottawa à l'occasion du congrès TeacherCon, qui se tient mercredi et jeudi.

C’est le plus récent arrêt sur l’itinéraire de la « Code Mobile », qui voyage à travers le Canada afin de sensibiliser la population canadienne à la programmation.

L’organisme offre des ateliers afin que les participants puissent enseigner des notions de base en programmation dans les classes de la maternelle à la 12e année, et ce, dans le but de répondre aux demandes du marché du travail.

La programmation et le code, ce n’est pas un sujet qu’on apprend dans le curriculum au Québec ou en Ontario, a déploré Chloe Ryan, une participante au congrès. Étudiante en génie mécanique à l’Université McGill et originaire d’Ottawa, elle souhaite être en mesure d'enseigner la programmation.

Chole Ryan pose pour la caméra devant un mur.

Chloe Ryan est étudiante en génie mécanique à l’Université McGill.

Photo : Radio-Canada / Dereck Doherty

On apprend des stratégies sur la façon dont on peut incorporer la programmation, coder dans différentes disciplines, comme la physique, mais aussi... le français. Il s’agit là de comparer la syntaxe du code numérique à la grammaire, par exemple.

De grands besoins dans plusieurs domaines

Les besoins déjà grands pour des employés compétents en matière de programmation dans plusieurs industries ne feront qu’augmenter au cours des prochaines années, prédit Jayne Mandat, la responsable des communications de l’événement.

Selon elle, tous les emplois qui seront créés dans les prochaines années vont avoir un lien avec la programmation. Il faut donc préparer les futurs membres du marché du travail à répondre à ce besoin.

C’est vraiment important de donner un avant-goût aux enfants pour qu’ils puissent s’intéresser davantage à la programmation et qu’ils deviennent des créateurs plutôt que des consommateurs, poursuit-elle.

Jayne Mandat pose pour la caméra dans un corridor.

La porte-parole de TecherCon, Jayne Mandat

Photo : Radio-Canada / Dereck Doherty

L’enjeu de la diversité

Le domaine des technologies n’est pas à l’abri d’une certaine sous-représentation des différentes communautés culturelles au pays, croit la porte-parole.

Mme Mandat estime qu’il est particulièrement important d’enseigner aux jeunes filles la programmation, pour qu’elles puissent avoir ce goût de la technologie et des sciences et que cet intérêt se poursuive jusque dans leur vie adulte.

L’organisme souhaite aussi donner une longueur d’avance à d’autres communautés jugées sous-représentées dans le secteur numérique, comme les jeunes Autochtones et les personnes handicapées, pour qu’ils puissent s’intéresser aux technologies, puis travailler dans ce domaine-là.

La Code Mobile reprendra la route après la conférence pour aller apprendre aux enseignants canadiens la façon d'instruire leurs élèves sur la programmation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Éducation