•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des distributeurs de seringues pour lutter contre le VIH et la syphilis

Malcolm McNeil debout près de la distributrice de seringues.

Malcolm McNeil participe au programme de distribution de seringues à North Battleford.

Photo : Radio-Canada / Alicia Bridges

Radio-Canada

L’Autorité de santé de la Saskatchewan a installé un distributeur automatique de seringues stérilisées à North Battleford, afin de lutter contre l’épidémie de VIH et de syphilis qui sévit dans cette région du nord de la province.

Cette machine, accessible en tout temps au Centre pour l’amitié Autochtones et Métis de Battleford, fournit du matériel stérilisé à ceux qui se droguent par voie intraveineuse. Il leur suffit d’avoir des jetons qui sont donnés gratuitement au Centre.

L’autorité de santé de la Saskatchewan prévoit d'installer aussi des distributrices de seringues à Lloydminster et à Meadow Lake.

L’autorité de santé de la Saskatchewan prévoit d'installer aussi des distributeurs de seringues à Lloydminster et à Meadow Lake.

Photo : Radio-Canada / Alicia Bridges

La coordonnatrice de la santé sexuelle à l’autorité de santé, Danielle Radchenko, dit que c’est la première fois qu’une telle machine est utilisée en Saskatchewan pour combattre les Infections sexuellement transmissibles (IST).

L’autorité de santé prévoit installer des appareils semblables dans les villes de Lloydminster et de Meadow Lake qui, avec les Battlefords, constituent la région sanitaire de Prairies North.

Des machines semblables sont installées dans d’autres villes du pays, comme Ottawa et Vancouver. Un exemplaire coûte environ 5000 $.

Des distributeurs ambulants de seringues rémunérés

Le programme de lutte contre les IST prévoit aussi de rémunérer les personnes qui, jusque là, distribuaient bénévolement du matériel stérilisé aux toxicomanes. Certains de ces distributeurs ambulants sont eux-mêmes dépendants à la drogue.

« Nous avons plusieurs personnes qui abordent [ces distributeurs ambulants] pour demander du matériel. Elles se sentent suffisamment à l’aise pour leur demander des informations sur les programmes d’aide qui sont offerts », affirme Danielle Radchenko.

Malcolm McNeil fait partie de ces distributeurs. Selon lui, c'est parfois la crainte d'être jugé par les autres qui empêche certaines personnes de faire un examen de dépistage ou de demander de l'aide.

« Mais, après avoir parlé à un mentor deux ou trois fois [et] après avoir passé du temps avec lui en jouant au billard, par exemple, elles commencent à se détendre », explique-t-il.

Cinq distributeurs ambulants munis de sacs à dos remplis de matériel stérilisé sont actuellement à l’œuvre dans cette région. Ils travaillent entre 4 et 6 heures par semaine. Cinq autres personnes souhaitent faire partie de ces distributeurs ambulants.

D’un autre côté, l’Autorité de santé de la Saskatchewan prévoit de renforcer le personnel qui parcourt quotidiennement ces communautés dans les fourgonnettes de vaccination des enfants pour fournir aussi des services comme des examens de dépistage des IST.

Le programme de lutte contre les IST dans la région Prairies North a bénéficié d’un financement de 200 000 $ de l’Agence de la santé publique du Canada.

Avec les informations d'Alicia Bridges, CBC News

Saskatchewan

Santé publique