•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LHJMQ : les défis de Yanic Duplessis

La famille Duplessis sourit. Yanic est au centre avec son chandail rouge avec le logo des Voltigeurs

Yanic Duplessis, avec ses parents, espère donner raison aux Voltigeurs de Drummondvile de l'avoir repêché.

Photo : Famille Duplessis

François Le Blanc

Yanic Duplessis, de Saint-Antoine au Nouveau-Brunswick, est l'un des quelque 1000 joueurs invités aux camps de sélection des 18 équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). Là-dessus, seulement 414 seront retenus (23 par équipe). Un défi de taille pour de jeunes adolescents pleins d'ambition qui doivent composer avec une vie personnelle pas toujours facile.

Pendant que les Acadiens célébreront la (Nouvelle fenêtre)Fête nationale le 15 août, Yanic Duplessis, 16 ans, sera en route vers Drummondville. L'attaquant a été repêché par les Voltigeurs au 145e rang en juin dernier. L'équipe est en reconstruction et plusieurs postes seront ouverts. 

C'est sûr que ça me met un petit peu nerveux, lance Duplessis.

Mais, c'est toujours ça que j'ai voulu faire. J'ai travaillé pendant plusieurs années pour en arriver là.

Yanic Duplessis, hockeyeur

L'été n'a pas été de tout repos pour l'adolescent. Il y a eu l'entraînement et un bouleversement dans sa vie.

Yanic en position de lancer un objet dans une piste d'athlétisme.

Yanic Duplessis excelle dans plusieurs sports dont le lancer du poids.

Photo : Famille Duplessis

Depuis la fin de la saison avec les Flyers de Moncton, dans la Ligue midget AAA du Nouveau-Brunswick, il s'est entraîné hors glace cinq fois par semaine en plus des séances de patinage, de maniement de rondelle et de petits matchs, à raison de trois occasions hebdomadaires.

C'est sûr qu'il faut faire des sacrifices, mentionne l'Acadien du comté de Kent. Le beau temps et la chaleur de juillet n'ont pas refroidi son ardeur au travail.

Et puis, il y a eu des tracas qui auraient pu compromettre sa préparation. Son père, André, a subi une crise cardiaque il y a deux semaines. Une nouvelle qui l'a bouleversé. La distance entre Saint-Antoine et Drummondville paraîtra plus grande que 820 km.

Les premiers jours, je vais peut-être m'ennuyer, mais c'est normal. Ce qui change les choses, c'est avec mon père. Il va mieux maintenant, donc j'aurai moins de soucis à me faire en partant.

La relation père-fils est très forte. 

Si ça n'avait pas été de lui, je ne pense pas que je me serai rendu aussi loin. C'est lui qui a été mon chauffeur depuis que j'ai cinq ans. Il n'a presque jamais manqué de pratique ou de partie.

Yanic, en parlant de son père André.

Sa mère, Diane, sera aussi sûrement inquiète, mais elle est fière pour moi, car elle sait que c'est mon rêve.

Des jeunes joueurs avec casquettes et gilets de hockey.

Yanic Dupelssis, au centre, avec d'autres espoirs des Voltigeurs.

Photo : Famille Duplessis

C'est avec tout ce bagage qu'il se présentera au Centre Marcel-Dionne où 58 joueurs lutteront pour un poste.

J'ai un jeu physique. C'est dur sur le corps. Mais, il faut faire ce qu'il faut faire. Je peux jouer n'importe où. Je vais donner tout ce que je peux. Je ne peux être plus prêt que ça.

Yanic Duplessis, hockeyeur

 Les premiers entraînements auront lieu vendredi.

Nouveau-Brunswick

Hockey