•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les lapins envahissent Calgary, la Ville s'inquiète de ces « animaux sauvages »

Trois lapins se partagent une carotte tendue par une main.

La Ville de Calgary demande au public de ne pas nourrir les lapins qui gambadent dans ses parcs.

Photo : Getty Images / Chris McGrath

Radio-Canada

Les lapins se multiplient dans les parcs et dans les cours de Calgary cet été. Malgré leur mignardise, les autorités mettent le public en garde et lui demandent de ne pas nourrir. « Ce sont des animaux sauvages », répète la Ville.

Pourtant, la majorité de ces lapins ont d’abord connu le confort douillet d’une vie domestique avant d'envahir les rues de la Ville.

Est-ce l’attrait de la liberté qui les a déterminés à adopter la vie dite sauvage? Est-ce l’abandon de leurs maîtres qui les condamne aujourd’hui à une vie de vagabondage qu’ils n’ont aucunement choisie?

La Ville l’ignore. Elle lance toutefois un avertissement. Une fois laissés à eux-mêmes, ces lapins redeviennent des bêtes sauvages, parfaitement adaptées aux rudes conditions des hivers calgariens, dit Andrea Hunt, la directrice générale la Société de réhabilitation de la vie sauvage de Calgary.

Nul ne sait combien de lapins vivent présentement à l’air libre dans la métropole.

Ces animaux sont dans une zone grise, puisqu’il ne s’agit pas véritablement de faune sauvage. Ils ne cadrent pas tout à fait avec notre mission, admet Andrea Hunt.

En même temps, ces lapins sont réellement revenus à l’état sauvage. Donc, ils ne peuvent pas être considérés comme des animaux de compagnie, poursuit-elle.

Ces lapins ne cadrent pas non plus dans le travail des organisations qui s’occupent d’animaux abandonnés.

Alberta

Animaux