•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La baignade est interdite à la plage du parc provincial Miscou

Une plage avant du sable à l'avant plan et de l'eau en arrière-plan.

Le taux d'entérocoque retrouvé dans l'eau le 8 août a forcé les autorités à interdire la baignade à la plage du parc provincial Miscou, dans la Péninsule acadienne.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Un avis d’interdiction de baignade lié à un résultat d’échantillonnage est en vigueur depuis le 9 août à la plage du parc provincial Miscou, dans la Péninsule acadienne.

Berthe Duguay est originaire de Lamèque et est une habituée de la plage de Miscou. Mercredi, elle marchait le long de la plage et trouvait étrange qu'il n'y ait pas plus de gens sur les lieux.

Elle a appris par l'entremise du journaliste de Radio-Canada que la plage était fermée pour la baignade.

Elle indique ne pas avoir vu d'affiche lui interdisant de se tremper à l'eau.

Avec toutes les fois que je viens à la plage de Miscou chaque été, c'est la toute première fois que je vois une interdiction de même, dit-elle.

Line Couture et Raymond Hammel étaient déçus de se rendre à la plage et de voir qu'elle était fermée à la baignade. Une situation qui ne leur a pas plu, comme ils sont en vacances dans la Péninsule acadienne et que la plage de Miscou faisait partie des destinations qu'ils voulaient essayer.

Un couple au bord de la plage.

Ce couple originaire du Québec était déçu de voir que la plage était fermée et ils ont dû trouver un autre endroit où pique-niquer.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

On va chercher une autre plage, parce que nous, ce qu'on voulait faire aussi, c'était de s'installer pour pique-niquer tout l'après-midi, donc étant donné qu'on ne peut pas se saucer dans l'eau, bien on va aller ailleurs, indique Mme Couture.

Mélissa Lafleur et Rémi David, profitent de la plage pour la première fois de leur vie. La première fois qu'ils sont venus, il y a quelques jours, ils n'avaient pas vu l'avis d'interdiction.

Comme on n'est pas des gens trop anxieux, l'avis ne nous a pas trop rebutés, nous on a vu ça davantage comme une mesure de protection qu'un avertissement de danger, dit Mme Lafleur.

Une femme sur une plage.

Les deux ne se sentent pas inquiets face à l'interdiction de baignade et prévoient tout de même profiter de l'eau.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

M. David est du même avis. Il pense que c'est plutôt pour que les employés de la plage soient protégés si une personne à risque tombe malade à cause de l'eau. L'avis d'interdiction de baignade ne les a pas empêchés de profiter de l'eau.

Jamais je croirai que dans un océan, ça peut être si pollué que ça.

Rémi David, visiteur

Les visiteurs originaires du Québec étaient bien contente d'avoir la plage (presque) à eux seuls, mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Pollution