•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La charge de travail remise en question après la démission de Jonathan Tremblay

Les élus assis dans la salle du conseil de l'hôtel de ville de Saguenay.

Les conseillers de Saguenay et la mairesse réunis en conseil municipal.

Photo : Radio-Canada / Flavie Villeneuve

Radio-Canada

Au lendemain de l’annonce de la démission du conseiller municipal Jonathan Tremblay, une ancienne conseillère du secteur de Lac-Kénogami pense que son ancien district est devenu trop grand pour être représenté par une seule personne.

Christine Boivin a décliné les propositions de se présenter pour reprendre les rênes du district 1, qui inclut maintenant une partie du centre-ville de Jonquière en plus du secteur de Lac-Kénogami.

Christine Boivin en entrevue à l'extérieur en été.

Christine Boivin a été conseillère municipale dans le secteur de Lac-Kénogami de 2013 à 2017.

Photo : Radio-Canada

J’invite les citoyens à regarder la carte, les comités et les rencontres que l’élu doit faire, c’est impossible d’y arriver. J’espère juste que ça va être revu parce qu’à cause de ça, il y a des gens qui en payent le prix, déplore l’ancienne élue de l’Équipe du renouveau démocratique, Christine Boivin.

Le redécoupage de la carte électorale de Saguenay en 15 districts au lieu de 19 a été fait avant les élections de 2017.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, ouvre la porte à de nouveaux ajustements.

Je crois que la réflexion mérite d’être relancée parce qu’effectivement il y a peut-être certains districts qui ont été créés où la tâche devient surhumaine.

Josée Néron, mairesse de Saguenay
Josée Néron en entrevue dans son bureau.

La mairesse Josée Néron se montre ouverte à un redécoupage de la carte électorale pour mieux répartir les tâches.

Photo : Radio-Canada

À écouter : Jonathan Tremblay en entrevue à Y'a des matins.

La démission l’attriste

Par ailleurs, la mairesse s’est dite ébranlée et attristée du départ annoncé de celui qu’elle avait nommé comme vice-président du comité exécutif.

Je lui ai confié des dossiers importants et je savais que les dossiers seraient bien menés.

Josée Néron, mairesse de Saguenay

J’ai eu l’occasion de travailler pendant six ans aux côtés de Jonathan. C’est un homme de cœur, de convictions et surtout, un vrai passionné. Il était dévoué envers ses citoyens et le conseil perd, à ce titre, un élément fondamental de son équipe, a indiqué la mairesse.

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale