•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault ouvert à une aide d’urgence pour Groupe Capitales Médias

Des exemplaires du journal « Le Soleil » de Québec.

Des exemplaires du journal « Le Soleil » de Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre François Legault se dit prêt à « faire un chèque » pour venir en aide aux médias d’information du Québec, dont plusieurs connaissent des difficultés financières, et il se montre disposé à intervenir « à court terme » auprès du Groupe Capitales Médias, dont fait partie le quotidien de Québec, Le Soleil, où la situation serait « plus urgente ».

Il semble y avoir effectivement une situation qui est plus urgente chez Capitales Médias, a affirmé François Legault, à l’entrée du conseil des ministres mercredi.

Il était interrogé par des journalistes sur la situation financière du groupe de presse à la suite d’informations rapportées sur les ondes du 98,5, selon lesquelles Groupe Capitales Médias serait aux prises avec de graves problèmes de liquidités et pourrait fermer d’ici le 26 août.

Il y a une question de continuité et de confiance. Si on veut que les annonceurs continuent d’annoncer, si on veut garder les postes de journalistes, il y a une urgence, a reconnu le premier ministre, précisant avoir eu des discussions à ce sujet au cours des derniers jours.

Le gouvernement Legault prépare un programme d’aide destiné aux médias, qui ne sera pas prêt avant « quelques mois ». Une commission parlementaire sur la question aura lieu à compter du 26 août.

D’ici là, il se montre ouvert à une période d’ajustement, si le gouvernement peut offrir une aide équivalente à l’ensemble des médias.

Il faut regarder les dossiers dans un contexte où on s’en vient avec une aide pour les médias. On ne peut pas offrir quelque chose à Capitales Médias qu’éventuellement on ne pourra pas offrir à d’autres médias comparables.

Plus tôt, la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, avait fermé la porte à toute « solution à la pièce » en attendant la « solution globale » du gouvernement.

Elle a dit qu’il n’était pas question de garrocher de l’argent de façon catastrophique en urgence pour sauver un média.

L'information régionale en péril ?

Le premier ministre a affirmé qu'il est primordial de protéger l'information, surtout dans les régions.

La direction du Groupe Capitales Médias, qui possède six quotidiens régionaux, n’a pas réagi. Les employés du Soleil ont été convoqués en fin d’avant-midi.

Avant cette rencontre, le président du Syndicat de la rédaction disait ne pas avoir eu d'informations lui permettant de croire que l'entreprise fermerait à la fin du mois.

« La dernière rencontre qu’on a eue avec les patrons, en juin dernier, nous laisse penser que la santé financière de l’entreprise permet d’attendre les crédits fédéraux prévus en 2020 », affirme Jean-François Néron.

Médias

Économie