•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis pourraient démanteler les géants du web pour favoriser la concurrence

Le bâtiment de la Commission fédérale du commerce des États-Unis.

La Commission fédérale du commerce des États-Unis se penche actuellement sur le cas de Facebook, qui a acquis le réseau social Instagram en 2012 et la plateforme de messagerie WhatsApp en 2014.

Photo : Getty Images / PAUL J. RICHARDS

Radio-Canada

Tandis que la Commission fédérale du commerce (FTC) des États-Unis enquête sur les pratiques anticoncurrentielles des géants du web, son président, Joe Simons, soutient qu’il est possible que ces entreprises dominantes soient divisées afin de favoriser la concurrence.

Le président de la FTC a admis que le processus serait difficile, mais qu’il pourrait être nécessaire pour rétablir la concurrence dans le secteur.

Ce n’est pas idéal, puisque c’est compliqué, mais s'il faut le faire, il faut le faire, a-t-il dit en entrevue avec Bloomberg.

L’agence indépendante du gouvernement se penche actuellement sur le cas de Facebook, qui a acquis le réseau social Instagram en 2012 et la plateforme de messagerie WhatsApp en 2014. Le nombre cumulé de personnes utilisant les trois services atteint près des 3 milliards, soit près de 40 % de l’humanité.

On peut se questionner sur ce qui a fait en sorte qu’Instagram connaisse un aussi gros succès. Est-ce que la semence était déjà là et allait germer peu importe les circonstances ou a-t-elle germé parce que Facebook en a fait l’acquisition? a ajouté le président de la FTC.

Bien que l’agence ait approuvé ces transactions à l’époque, Joe Simons affirme qu’il est possible pour la FTC de faire marche arrière. Si cela s’avérait, la décision serait assujettie à l’approbation des tribunaux.

Plusieurs spécialistes dénoncent l’influence grandissante de l’entreprise fondée par Mark Zuckerberg. Même le cofondateur de Facebook, Chris Hughes, a plaidé pour le démantèlement du réseau social en mai.

Elizabeth Warren, l’une des candidates démocrates à la présidentielle de 2020, propose d’ailleurs dans sa plateforme électorale de démanteler Google, Amazon et Facebook.

Avec les informations de Bloomberg, et Reuters

Internet

Techno