•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec pourrait aider Capitales Médias, mais écarte une aide « à la pièce »

Nathalie Roy en entrevue.

La ministre de la Culture et des Communications veut prendre le temps de trouver une solution à long terme.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il n’y aura pas d’intervention « à la pièce » pour venir en aide au Groupe Capitales Médias qui fait face à d'importants défis financiers, a affirmé la ministre de la Culture et des Communications.

Nathalie Roy, interpellée à l'entrée du Conseil des ministres, doute cependant que la situation soit aussi grave que ce que rapportait, plus tôt ce matin, le chroniqueur politique Bernard Drainville.

Ce dernier disait tenir l'information de « hauts placés du gouvernement Legault ».

Capitales Médias, selon les déclarations faites par le chroniqueur sur les ondes du 98,5 FM, serait en manque criant de liquidités et appellerait le gouvernement à lui venir en aide financière d’urgence. « Ça pourrait être une question de jours », rapporte-t-il, indiquant que le groupe serait à moins de deux semaines de mettre la clé sous la porte.

Le Groupe Capitales Médias de Martin Cauchon est propriétaire des quotidiens Le Soleil, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Droit, La Voix de l’Est et Le Quotidien, ainsi que de l’hebdomadaire Le Progrès-Dimanche.

La ministre Roy insiste toutefois : « Ce qu’on veut, c’est une solution globale pour aider les médias écrits […] une solution globale, intelligente, structurable, équitable pour tous ». Cette solution, promet-elle, sera connue très bientôt.

« Nous ne connaissons pas, pour le moment, les intentions du propriétaire », a-t-elle indiqué en ce qui a trait à l’avenir à court terme de Capitales Médias, pour qui une solution globale risque de prendre trop de temps à mettre en œuvre. « Il faudrait savoir ce [que le propriétaire] a l’intention de faire. La balle est dans son camp ».

La ministre dit être en contact avec Martin Cauchon, le propriétaire de Capitales Médias.

« Il n’est pas question de "garrocher" de l’argent de façon catastrophique, en urgence, pour sauver un média », prévient la ministre, qui fait valoir que l’important, quel que soit le sort de Capitales Médias, est de préserver le droit à l’information « partout en région ».

Interrogé sur la question à son arrivée au Conseil des ministres, le premier ministre François Legault a néanmoins ouvert la porte à une aide d’urgence. Il a toutefois souligné que toute aide à Capitales Médias ne sera accordée que si Québec se considère capable d’offrir une aide équivalente à l’ensemble des médias par souci d’équité.

Médias

Politique