•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La maladie débilitante chronique se répand en Alberta

Un cerf de Virginie en gros plan, sa tête émergeant des hautes herbes.

Des cerfs infectés par la maladie débilitante chronique ont été découverts dans plusieurs élevages au pays.

Photo : Getty Images / MARVIN RECINOS

Radio-Canada

Les autorités ont détecté un troisième cas de chevreuil infecté par la maladie débilitante chronique en Alberta cette année. Plusieurs experts en santé publique craignent que cette infection, similaire à la maladie de la vache folle, n'atteignent les humains.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a relevé le dernier cas le 26 juillet, dans une ferme de cerfs de Virginie.

L’ACIA n’a pas confirmé si la viande infectée s’est retrouvée sur les étalages.

Le public a le droit de savoir si les tests dans ces fermes de cerfs ou de wapitis ont été déclarés positifs, affirme Kat Lanteigne, directrice générale de BloodWatch, un organisme qui milite pour la sécurité des dons de sang.

Qui veut manger un steak en provenance d’une ferme contaminée par la maladie?

Kat Lanteigne, directrice générale, BloodWatch

Kat Lanteigne et plus d’une trentaine de médecins ont tenté d’alarmer le public dans une lettre publiée en juin dernier. Dans celle-ci, ils demandent aux ministres fédéraux de prendre des mesures urgentes pour limiter les effets de ce qu’ils décrivent comme une « épidémie ».

Bien qu’aucun cas de maladie chronique débilitante n’ait été confirmé chez l’humain, les scientifiques notent que le risque d’infection existe. La maladie évolue, et la recherche suggère qu’elle s’adapte plus rapidement que la maladie de la vache folle, lit-on dans la lettre.

Santé Canada croit par ailleurs que la maladie débilitante chronique a le potentiel d’infecter les humains.

Le traumatisme de la maladie de la vache folle

Ces inquiétudes font écho à l’épisode de maladie de la vache folle qui a frappé le Royaume-Uni il y a quelques années.

À l’époque, personne ne croyait que la maladie était transmissible aux humains. 

Avec le temps, le lien entre le virus et l’émergence d’une variante de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, un désordre cérébral fatal chez les humains, est apparu. 

Des épisodes de contamination massive ont tué des dizaines de personnes, dont trois sont mortes après avoir reçu une transfusion de sang contaminé.

Lorsque la maladie de la vache folle a fait son apparition au Royaume-Uni, personne ne pensait pas que la maladie allait atteindre l’humain. Dix ans plus tard, on a découvert qu'on s'était trompé, et cela a eu des répercussions énormes sur leur approvisionnement de sang, explique Kat Lanteigne.

C’est sérieux, affirme un spécialiste en maladies infectieuses établi aux États-Unis et signataire de la lettre, Michael T. Osterholm.

Il craint que, comme la maladie de la vache folle, la maladie débilitante chronique n'ait une période d’incubation de 10 ans, ce qui signifie que le virus peut évoluer pendant une décennie avant l'apparition des premiers symptômes.

Le nombre d’infections chez les cervidés a augmenté de façon significative, rappelle le Dr Osterholm. Il y a cinq ans, la recherche niait que la maladie puisse infecter l’humain. Aujourd’hui, on a assez de preuves pour affirmer que, oui, il existe un risque.

Mesures préventives

Certaines autorités ont déjà adopté des mesures de précaution.

La Colombie-Britannique a imposé aux chasseurs de la région de Kootenay, la semaine dernière, l’inspection obligatoire de leur gibier, après la découverte de cinq cas de la maladie débilitante chronique dans l’État américain du Montana.

Aux États-Unis, le département de l’Agriculture achète tous les troupeaux infectés avant d’éliminer les bêtes.

Selon Kat Lanteigne et Michael T. Osterholm, le Canada doit en faire plus pour prévenir la transmission de la maladie débilitante chronique aux humains.

Il ne faut pas être alarmiste, dit Kat Lanteigne. Par contre, si un cas apparaît, cela voudra dire qu’il y a probablement des dizaines de milliers de donneurs de sang asymptomatiques contaminés par la maladie.

Avec les informations de Sarah Rieger, CBC News

Alberta

Animaux