•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les négociations à Bathurst sont « au point mort », selon le syndicat

Des employés manifestent devant l'hôtel de ville.

Des employés administratifs de la Ville de Bathurst sont en lock-out depuis le 25 juillet.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, et ses employés en lock-out n’ont pas réussi à s’entendre lors des nouvelles négociations entreprises cette semaine avec l’aide d’un médiateur nommé par le provincial.

La première journée, on a bougé un peu. On a retiré un article. La Ville était d’accord avec deux autres articles, dont un qui n’avait pas d’incidence monétaire et l’autre qui avait une incidence quand même minime au niveau monétaire, explique le négociateur du Syndicat canadien de la fonction publique, Robert Le Moignan.

La Ville de Bathurst a imposé un lock-out à une vingtaine d’employés administratifs le 25 juillet, après 20 mois de négociations. La dernière entente collective entre les deux parties est échue depuis le 31 décembre 2016.

Le principal point qui reste à régler est l’augmentation salariale. Le syndicat réclame une hausse équivalente ou supérieure à l'augmentation du coût de la vie.

La deuxième journée, la Ville est revenue avec une offre finale qui est en dessous du coût de la vie, ce qui nous a déçus énormément. C’est la deuxième fois qu’ils nous reviennent avec une offre finale qui n’est pas raisonnable. Ça fait qu’on a fait une contre-offre. Ils sont revenus avec la même offre finale. On est au point mort, affirme M. Le Moignan.

Le lock-out de ce groupe d’employés reste en vigueur. Les syndiqués entendent se consulter pour voir les actions qui peuvent être entreprises, ajoute Robert Le Moignan.

La Ville de Bathurst attend une confirmation de la démarche du syndicat avant de faire tout commentaire.

De notre côté, on ne peut pas dire que les négociations sont au point mort avant d'avoir une réponse officielle du syndicat, indique le directeur des communications de la Ville, Luc Foulem.

Avec les renseignements de Margaud Castadère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Relations de travail