•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une compagnie envisage la production de cannabis dans le Nord-Ouest ontarien

Une usine derrière une clôture.

La compagnie Riversedge Developments souhaite revitaliser l'usine de pâtes et papiers de Fort Frances.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Miguel Lachance

L’entreprise Riversedge Developments étudie la possibilité de produire du cannabis à grande échelle à une ancienne usine de pâtes et papiers de Fort Frances, fermée en 2014.

La compagnie, spécialisée dans la revitalisation des propriétés industrielles, a acheté le mois dernier l’usine qui appartenait à Produits forestiers Résolu pour la somme symbolique de 1 dollar.

Riversedge Developments de Sault-Sainte-Marie, avait déjà acheté, en 2016, une autre usine de pâtes et papiers de Résolu, à Iroquois Falls.

Depuis, avec des partenaires locaux, l’entreprise a notamment rouvert le pont de la rivière Abitibi, ouvert un marché public et construit des minimaisons.

Le PDG de Riversedge Developments, Justus Veldman, croit que Fort Frances est un endroit idéal pour une usine de production de cannabis.

Un des avantages de Fort Frances est qu’il y a l’électricité la moins chère de la province, grâce à une entente signée en 1905, explique M. Veldman.

La centrale de biomasse, qui est toujours en bon état selon le PDG, est aussi un atout important de cet emplacement.

Il indique que les entreprises spécialisées en production de cannabis avec lesquelles Riversedge Developments discute ont montré beaucoup d’intérêt à s’installer à Fort Frances.

M. Veldman précise que seulement une partie de la propriété serait utilisée pour cette production et que des discussions sont en cours avec un groupe qui souhaite produire du papier d’emballage brun.

Nous devons mener les discussions en parallèle pour nous assurer que l’on puisse arriver à quelque chose qui permet de créer des emplois dans la région.

Justus Veldman, PDG de Riversedge Developments

La production de papier [journal] est une industrie en déclin, mais il y a d’autres produits, comme du carton, qui pourraient être fabriqués dans [l’ancienne usine de Résolu], avance M. Veldman.

L'usine de pâtes et papiers à Fort Frances.

Justus Veldman souligne que certaines parties de l’usine seront difficiles à réparer, et que d’autres, qui n’ont pas été utilisées depuis 20 ans, seront démolies.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

C’est un défi, il n’y a pas de doute. Nous pensons que nous pouvons nous y attaquer, avec les parties prenantes de la région.

Justus Veldman, PDG de Riversedge Developments

Les conditions de la vente critiquées

Mardi, la Municipalité de Fort Frances a publié un communiqué dans lequel elle dénonce les conditions de la vente de l’usine.

Selon la Municipalité, les engagements inclus dans le contrat de vente comprennent des restrictions qui interdisent la vente à toute entité qui fabriquerait des produits de pâtes et papiers et d'autres qui exigent la vente d’actifs clés de l’usine pour la ferraille.

De plus, le nouveau propriétaire ne peut négocier avec le gouvernement provincial pour obtenir des droits de coupe dans la forêt Crossroute.

La mairesse de Fort Frances, June Caul, souhaite que la province fasse lever ces restrictions, qui empêchent une réouverture de l'usine.

Une femme posant devant une maison à côté d'une pancarte électorale.

La mairesse de Fort Frances, June Caul

Photo : CBC/Jeff Walters

Selon Mme Caul, Greg Rickford, le ministre de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines, doit rencontrer mercredi à Toronto des représentants de Produits forestiers Résolu.

Le conseil municipal songe également à tourner vers les tribunaux.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Cannabis