•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sabotage du téléphérique Sea to Sky inquiète ceux qui fréquentent les centres de ski

Deux planchistes sont assis dans un siège qui remonte une pente enneigée bordée d'arbres couverts de neige.

Un des télésièges de la station de ski Big White, en Colombie-Britannique

Photo : Philippe Moulier

Mugoli Samba

À plus de 500 km du site de l’écrasement du téléphérique Sea to Sky, de Squamish, en Colombie-Britannique, les inquiétudes liées à cet acte de vandalisme se font ressentir.

Le vice-président de la station de ski Big White, à Kelowna, dit que de nombreux visiteurs lui posent des questions au sujet du sabotage survenu à Squamish samedi matin.

Nous avons beaucoup communiqué avec nos clients et les employés de notre téléphérique par voie électronique, a déclaré Michael J. Ballingall, vice-président du centre de ski Big White.

Les habitants sont inquiets. Alors nous avons tâché de rester à l'affût des mises à jour de cette enquête criminelle.

Michael J. Ballingall, vice-président du centre de ski Big White

Selon M. Ballingall, la station de ski Big White accueille quotidiennement jusqu’à 18 000 visiteurs durant les journées occupées en hiver. L’achalandage est moins important en été, où la plupart des visiteurs utilisent davantage leur parc à vélo.

Toutefois, il ne craint pas qu’un incident de ce genre se produise dans son centre, puisque son téléphérique est surveillé par deux gardiens de sécurité 24 heures sur 24. Des agents du service policier du district régional patrouillent également dans les aires publiques et les résidences du centre.

Il ajoute tout de même que le sabotage du téléphérique Sea to Sky était un acte criminel et qu'il est généralement impossible d'empêcher les malfaiteurs décidés.

Si l’intention est criminelle, ils peuvent le faire. Ils trouveront une manière de le faire, dit-il.

Notre plus grand espoir est que la GRC trouve les auteurs [de ce crime] dès que possible. Je pense que tout le monde serait soulagé, ajoute M. Ballingall. C’est [un incident] très étrange.

Colombie-Britannique et Yukon

Accidents et catastrophes