•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'incendie à la Maison des jeunes d'Amos a-t-elle changé la perception de ce lieu?

Des jeunes s'enlacent en guise de solidarité devant les restes d'un bâtiment brûlé.

Les adolescents qui fréquentent la Maison des jeunes d'Amos se sont montrés solidaires envers l'organisme à la suite de l'incendie de l'été 2018.

Photo : Facebook - Maison des jeunes d'Amos

Radio-Canada

La dernière année aura été mouvementée pour les adolescents de la Maison des jeunes d'Amos :  l'organisme tente de renaître de ses cendres après l'incendie du 9 juillet 2018 qui a complètement détruit le local et tout ce qu'il y avait à l'intérieur.

Selon la coordonnatrice de la Maison des jeunes à Amos, Kate Dessureault, les services sont maintenus à bout de bras pour les adolescents.

Un coup de pouce pour l'image?

Elle croit aussi que la réputation de l'organisme a complètement changé depuis l'incendie.

Ça me semblait être plus effacé comme image, un peu plus négative. Moi ça fait 20 ans que je travaille là et c'était très difficile d'avoir une belle opinion de la Maison des jeunes quand on en parlait en communauté et maintenant j'ai l'impression que tous les partenaires qui ont envie de s'investir dans la Maison des jeunes ça nous donnent vraiment une belle image positive. Les parents des jeunes qui se tiennent là en ce moment sont très, très, très impliqués. On a un nouveau conseil d'administration qui est très engagé, observe-t-elle.

Kate Dessureault, coordonnatrice de la Maison des jeunes d'Amos.

Kate Dessureault, coordonnatrice de la Maison des jeunes d'Amos.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Le bail d'un an du local où la Maison des jeunes s'était installée est terminé. L'organisme a à nouveau déménagé au début du mois d'août.

On est rendu dans les locaux de l'ancien gym Swan en ville. Le local est un peu plus difficile à trouver, mais les gens qui viennent d'Amos savent un peu d'où on parle quand on parle du local de Swan. C'est maintenant là qu'on est rendus et on essaie de poursuivre nos activités en attendant la réelle reconstruction de notre bâtiment, explique Kate Dessureault.

La Maison des jeunes offre un local et des activités souvent gratuites pour permettre aux adolescents de se réunir toute l'année.

Abitibi–Témiscamingue

Société