•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiète, Cookshire-Eaton exige des comptes à Valoris

Valoris souhaite agrandir son site d'enfouissement technique.

Valoris souhaite agrandir son site d'enfouissement technique.

Photo : Image fournie par Valoris

Radio-Canada

Devant l'incapacité du conseil d'administration de Valoris de fournir des réponses à ses questions, la Ville de Cookshire-Eaton se dit inquiète à propos de la tenue du centre de valorisation des déchets, qui a fait l'objet d'un redressement budgétaire important au cours des derniers mois.

La Ville dit avoir réclamé une rencontre avec la direction de l'entreprise paramunicipale en juillet et que celle-ci a finalement été annulée la semaine dernière, ce qui a soulevé l'ire de Cookshire-Eaton.

On voulait avoir un plan d'affaires, un plan de redressement, et on n'est pas capable de nous donner des informations. On nous dit qu'ils sont encore en rodage, qu'une ligne a dû être fermée... mais c'est très inquiétant, parce qu'on nous a imposé un tarif de 200 000$ qui n'est pas prévu dans mon budget pour plaire à Valoris, déplore la mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe.

La rencontre a été exigée après que la vérificatrice générale de la Ville de Sherbrooke, Andrée Cossette, eut déposé un rapport accablant à propos de Valoris, où elle recommandait un « changement total de gouvernance ». Le maire de Sherbrooke et président de Valoris, Steve Lussier, aurait proposé une rencontre en octobre à la municipalité, « un non-sens » selon Mme Lapointe.

Dans les municipalités, on commence nos budgets en septembre et en octobre pour donner quelque chose au mois de novembre, mais avec Valoris, on s'en va dans le néant. Cette année, ç'a coûté 200 000$, mais l'an prochain, ce sera combien? demande la mairesse de Cookshire-Eaton.

Un comité de gestion des matières résiduelles a été formé à Cookshire-Eaton afin d'analyser différents scénarios pour 2020. Une taxe servant à pallier une nouvelle hausse des tarifs chez Valoris n'est pas exclue par la Ville.

Je dois prévoir probablement une taxe spéciale Valoris en 2020 et ça ne me tente pas de dire à mes citoyens : "on a une dette à payer et je vais vous augmenter". Moi, je travaille avec mes citoyens et lorsqu'ils vont me poser des questions, je veux leur donner des réponses, résume Sylvie Lapointe.

Estrie

Politique municipale