•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réunis à Calgary, des policiers découvrent les dernières technologies utiles à leur métier

Un agent de police portant un casque de réalité virtuelle.

Des outils tels que des pistolets à décharge électrique, des dispositifs de traque par GPS et des appareils d’entraînement à l'aide de la réalité virtuelle sont présentés durant le congrès de l’Association canadienne des chefs de police.

Photo : Radio-Canada

Fuat Seker

Des centaines de policiers sont réunis jusqu'à mercredi à Calgary pour le congrès annuel de l’Association canadienne des chefs de police. En marge des réunions, un salon commercial, où sont présents près d'une centaine d'exposants, permet aux participants de découvrir les dernières technologies dans le domaine de la sécurité.

Les gadgets exposés comme la dernière génération des pistolets à impulsion électrique, des traqueurs par GPS et des appareils d’entraînement à l'aide de la réalité virtuelle ont pour but d’améliorer la surveillance, non seulement pour les officiers, mais également pour la population.

Voici comment ces outils pourraient changer le quotidien des services de police.

La réalité virtuelle

Un téléphone et deux casques de réalité virtuelle posés sur une table.

La société Axon affirme que son programme de formation utilisant la réalité virtuelle aidera les agents à ressentir de l'empathie pour les personnes qui ont des problèmes de santé mentale.

Photo : Radio-Canada

Un nouveau système de réalité virtuelle a pour but d'amener les policiers à ressentir de l'empathie pour ceux qui ont des problèmes de santé mentale et à améliorer leurs réactions quand ils doivent intervenir auprès de personnes en détresse psychologique.

Grâce aux fonctionnalités de réalité virtuelle, il est possible de se mettre dans la peau de quelqu'un qui est en détresse, explique Vishal Dhir, directeur général d'Axon.

Nous avons créé un moyen de favoriser l’empathie des policiers.

Vishal Dhir, directeur général d'Axon

Le scénario proposé par le système de formation par réalité virtuelle permet aux agents de se mettre à la place d'une personne atteinte de schizophrénie ou d'autisme aux prises avec une crise de santé mentale.

La société affirme avoir collaboré avec des experts des services de police et de la santé mentale afin de garantir la précision de la représentation.

Le pistolet électrique dernière génération

Plan serré de deux mains qui tiennent un pistolet électrique sur lequel il est écrit Taser 7.

Les données sur les tirs effectués avec ce pistolet électrique Taser 7 peuvent être téléchargées.

Photo : Radio-Canada

Un système de réalité virtuelle fait aussi partie de la formation à l'utilisation du nouveau pistolet à impulsion électrique d'Axon.

Quand il est déployé, le Taser 7 reste mieux accroché à sa cible que ses prédécesseurs.

Il a un arc d'énergie plus fort et plus intimidant.

Vishal Dhir, directeur général d'Axon

Il est également équipé d'un logiciel qui permet de télécharger les données sur les tirs effectués avec l'arme après un incident. Ces données comprennent entre autres l'heure exacte du tir et, avec l'aide d'un système GPS, l'endroit exact où il a été effectué, ce qui garantit une plus grande transparence.

Un traqueur GPS

L'arriere du GPS qui mesure entre 5 et 10 centimères et qui est circulaire

Ce traqueur par GPS peut être lancé depuis une voiture de police sur un véhicule poursuivi. Il s’accroche au moyen d’une substance collante combinée à un aimant.

Photo : Radio-Canada

De nombreux outils sont présentés comme des solutions pour éviter les situations dangereuses comme les poursuites à grande vitesse.

Le traqueur par GPS Star Chase sert justement à cela, explique John Hartley, responsable de compte de la société Davtech.

L’appareil lance un palet GPS de la grille d’un véhicule de patrouille vers le véhicule poursuivi. Le traqueur est recouvert d’une substance collante et équipé d'un aimant puissant pour lui donner plus de chances de rester collé sur sa cible.

Le conducteur du véhicule suspect pense que la poursuite est interrompue alors qu’en réalité on le suit à la trace, explique John Hartley.

Le but du produit est d'éliminer les dangers pour les agents, pour le public ainsi que les dégâts matériels.

John Hartley, responsable de compte chez Davtech.

Toutefois, selon Sharon Polsky, présidente du Conseil du Canada de l'accès à la vie privée, comme pour toute nouvelle technologie, il est important de se méfier des mauvais usages qui peuvent être faits de ces outils.

Alberta

Forces de l'ordre