•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'héroïne mauve aurait fait une première victime à Québec

Une brique d'héroïne mauve.

Vendue sous le nom de « purp », cette variante de l’héroïne est coupée au fentanyl et peut se révéler mortelle.

Photo : Service de police de North Bay

David Rémillard

Un homme de Québec serait décédé après avoir consommé de l'héroïne mauve, soit de l'héroïne coupée au fentanyl ou au carfentanil. La santé publique et la police de Québec lancent un appel à la vigilance.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) avait ouvert une enquête, le 2 août, après la découverte d'un homme de 26 ans décédé dans son appartement de la rue Crémazie, dans Montcalm.

Sur les lieux, deux sachets [d'héroïne mauve] avaient été saisis près du corps de la victime, a précisé la police de Québec lors d'un point de presse, mardi. La substance a été analysée et la présence de fentanyl et d'héroïne a été confirmée.

Un sachet d'héroïne mauve

Un sachet d'héroïne mauve.

Photo : Courtoisie/SPVQ

Le SPVQ affirme que c'est la toute première fois qu'elle saisissait de l'héroïne mauve dans la capitale. Les autorités de santé publique confirment de leur côté qu'il s'agit de la première détection officielle dans la région.

La cause du décès devra être confirmée par le Bureau du coroner, mais tout indique qu'il s'agirait d'une surdose mortelle. La police de Québec dit avoir trouvé du matériel d'injection à proximité de la victime.

La situation a été jugée suffisamment préoccupante pour que le SPVQ, en collaboration avec le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale, lance une mise en garde à la population.

Très puissante

Vendue sous le nom de « purp » ou « purple », l'héroïne mauve peut contenir du fentanyl, du carfentanil ou de l'OxyContin, des antidouleurs extrêmement puissants. On peut la retrouver sous forme granuleuse ou en petites briques de couleur mauve.

La consommation d'une très faible quantité de ces produits, souvent montrés du doigt lorsqu'il est question de la crise des opioïdes, peut causer une surdose potentiellement mortelle.

Selon Santé Canada, le fentanyl est de 20 à 40 fois plus puissant que l’héroïne et 100 fois plus puissant que la morphine. Le carfentanil est encore plus puissant.

Apparition récente

Avant la mort suspecte du 2 août, la Direction régionale de santé publique avait été avisée d'un cas de surdose non mortelle plus tôt cet été à Québec, potentiellement liée à l'héroïne mauve. Aucune analyse n'avait toutefois permis de le confirmer.

L'organisme Point de Repères, qui avait signalé cet autre cas, observait depuis juin l'utilisation de la « purp » chez les usagers de drogue qui font partie de sa clientèle.

Ça fait quelques années qu'on voit de l'héroïne ordinaire, mais aussi on a vu, dernièrement, depuis le début de l'été, de l'héroïne mauve circuler à Québec, explique son directeur général Mario Gagnon.

Ce dernier a fait savoir que ce type de drogue, contrairement à la croyance populaire, peut être recherché par les consommateurs. Les gens vont se tourner vers ces produits-là parce qu'ils sont superpuissants, donc il y a une économie à faire parce qu'ils peuvent la couper ou la prendre en plus petites doses.

L'héroïne mauve avait déjà été détectée à Montréal ainsi qu'à Winnipeg au cours du printemps dernier et de l'été, notamment. Santé Canada avait aussi confirmé sa présence lors de saisies de drogue à Sudbury, l'an dernier.

Conseils de prévention

  • Ne pas consommer seul
  • Ne pas consommer tous en même temps si vous êtes plusieurs
  • Avoir de la naloxone disponible et savoir l’utiliser lorsqu'une personne présente des signes de surdose
  • Appeler le 911 en cas de surdose. La Loi sur les bons samaritains offre une certaine protection aux personnes ayant consommé et aux témoins. Si des personnes sont en possession de drogue ou en ont consommé, cette loi peut les protéger.

Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale

Québec

Crise des opioïdes