•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De possibles gestes à caractère haineux sur un commerce de Québec

Des actes de vandalisme ont été commis sur un commerce de Québec dans la nuit de dimanche à lundi.

Des actes de vandalisme ont été commis sur un commerce de Québec dans la nuit de dimanche à lundi.

Photo : Fournie par le propriétaire de la boutique

Radio-Canada

Les policiers de Québec enquêtent sur ce qui pourrait être des gestes à caractère haineux commis sur un petit commerce de vêtements du chemin Sainte-Foy, dans le quartier Saint-Sacrement, à Québec.

Lundi matin, pour la deuxième fois en quelques semaines, le propriétaire d’origine tunisienne a trouvé des excréments étendus sur la vitrine ainsi qu’une couche souillée devant la boutique qui vend des vêtements de marques américaines, mais aussi des robes et des foulards islamiques.

Je pense que quelqu’un veut me toucher, ou il veut que je ferme la boutique, qu’il a un problème avec un genre de personne ou qu’il est raciste, je ne peux pas dire, s’inquiète le propriétaire qui veut conserver l’anonymat et celle de son commerce par crainte de nuire à ses affaires.

L’homme affirme que depuis l’ouverture du commerce en mars dernier, la devanture est régulièrement aspergée de café et la serrure a été vandalisée à quelques reprises. Des incidents qui surviendraient la nuit.

Il dit avoir installé une caméra de surveillance à l’extérieur qui aurait été déconnectée et volée dans la nuit de dimanche à lundi.

Le Service de police de la Ville de Québec confirme avoir reçu deux plaintes pour méfaits à ce commerce. La première remonte à juin dernier.

Certains renseignements qui ont été acquis lors de la plainte peuvent nous faire penser qu’il s’agit d’un crime à caractère haineux, donc on enquête comme tel au SPVQ, indique Cyndi Paré, porte-parole du service de police de Québec.

Sécurité menacée

Même si une enquête est en cours, l'homme d’affaires craint pour sa sécurité et celle de sa famille.

Ma femme travaille ici, mes enfants sont ici, moi je ne suis pas avec eux, je travaille ailleurs. Cette personne peut arriver, faire n’importe quoi puisqu’elle est libre. Il n’y a pas de sécurité, déplore-t-il.

Le propriétaire dit ne pas comprendre pourquoi il est ciblé. Je n’ai aucun problème avec aucune personne.

Il souhaite maintenant quitter le local et s'installer ailleurs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Québec

Justice et faits divers