•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des acheteurs de morue de l'extérieur ont temporairement accès au marché terre-neuvien

Portrait de Gerry Byrne.

Le ministre des Pêches de Terre-Neuve-et-Labrador, Gerry Byrne, va communiquer des rapports quotidiens sur le nombre de nouveaux acheteurs qui tirent parti de l’ouverture de l’industrie.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Radio-Canada

Les transformateurs de produits marins établis à l’extérieur de Terre-Neuve-et-Labrador auront l'occasion d’acheter la morue des pêcheurs de la province pendant les deux prochaines semaines.

L’Union des pêcheurs de Terre-Neuve (FFAW) a présenté une demande formelle pour une telle mesure au ministre provincial des Pêches, Gerry Byrne, vendredi dernier.

Le syndicat a demandé au gouvernement d’accorder de nouveaux permis de transformation et d’ouvrir l’industrie de la morue à des acheteurs établis à l’extérieur de la province.

Le FFAW a organisé deux manifestations lundi. Lors de l'une d’elles, à Saint-Jean, les pêcheurs ont donné leurs prises de morue au public parce que, selon eux, les transformateurs refusent de les acheter.

Le syndicat soutient que la Labrador Shrimp Company est la seule entreprise membre de l’association des transformateurs qui achète de la morue cette semaine, mais au moins un transformateur, l’entreprise Icewater Seafoods à Arnold's Cove, dit qu’il achète la morue de pêcheurs de la côte sud de Terre-Neuve et que le FFAW diffuse de fausses informations.

Gerry Byrne a décidé d’ouvrir l'industrie de la morue aux acheteurs à l'extérieur de Terre-Neuve-et-Labrador, a-t-il confirmé lundi durant une entrevue accordée à CBC, mais il demeure sceptique quant à l’efficacité de cette nouvelle mesure. Des projets pilotes semblables menés en 2014 et en 2015 n’ont pas réussi à attirer l’intérêt des acheteurs du reste du Canada ou d’ailleurs dans le monde, selon le ministre.

Le fait que l’industrie ne sera ouverte aux entreprises de l’extérieur que pendant deux semaines est aussi important. Il sera très difficile pour ces transformateurs de tirer parti des prises des pêcheurs terre-neuviens.

Gerry Byrne indique cependant que, lors de ces deux prochaines semaines, il va recevoir et va communiquer des rapports quotidiens sur le nombre de nouveaux acheteurs qui tirent parti de l’ouverture de l’industrie.

Effet domino de la pêche au capelan

La saison de pêche au capelan a débuté plus tard que d’habitude cette année. Certaines usines doivent finir de transformer les prises de capelan avant de s’attaquer à celles de la morue, explique le ministre Byrne.

Si les membres du syndicat FFAW avaient attendu quelques semaines supplémentaires avant de commencer à pêcher la morue, ils n’auraient pas eu de difficulté à trouver des acheteurs, croit le ministre des Pêches.

Des dizaines de personnes font la queue devant les camionnettes des pêcheurs.

Des pêcheurs donnaient leurs prises de morue aux consommateurs, à Saint-Jean, lundi matin.

Photo : CBC/Jane Adey

Les transformateurs ont beaucoup de difficulté lorsque les deux saisons de pêche coïncident, ajoute le directeur général de l’Association des producteurs de fruits de mer de Terre-Neuve-et-Labrador, Derek Butler.

Le syndicat FFAW soutient pourtant qu’en ce moment la morue est abondante et de très bonne qualité. Les pêcheurs veulent profiter de la situation et ne peuvent donc attendre trop longtemps.

Entre-temps, un autre groupe vise à fonder un nouveau syndicat

Les deux manifestations organisées par le syndicat FFAW ont eu lieu au même moment où le groupe FISH-NL, qui essaie de devenir le deuxième syndicat pour les pêcheurs de la province, a lancé une campagne de recrutement.

Le FFAW est à l’heure actuelle le seul syndicat des pêcheurs à Terre-Neuve-et-Labrador et il représente aussi les travailleurs d’usine de transformation. 

Les travailleurs d’usine n’ont pas toujours la même priorité que les pêcheurs. Ces derniers, par exemple, veulent obtenir le meilleur prix pour leurs prises, alors que les travailleurs d’usine veulent s’assurer que ces prises seront transformées dans la province.

Les trois hommes assis à une table donnent une conférence de presse

Jason Sullivan, Ryan Cleary, et Peter Leonard, membres du conseil exécutif de l'association FISH-NL.

Photo : CBC/Jane Adey

Environ 9500 pêcheurs sont membres de la FFAW, selon la commission des relations de travail de Terre-Neuve-et-Labrador.

FISH-NL, la Federation of Independent Sea Harvesters, tente depuis 2016 de créer un syndicat qui représente uniquement les pêcheurs. Le groupe doit pour cela recruter 4000 membres (soit 40 % des membres du FFAW) dans 90 jours pour tenir un vote des membres du FFAW. Le résultat du vote déciderait du syndicat qui devrait représenter les pêcheurs de la province.

FISH-NL n’a pu recruter que 2300 membres lors de sa première campagne de recrutement, en 2018.

Le groupe a lancé lundi une deuxième campagne de recrutement, mais le lancement a été éclipsé, au moins en partie, par les manifestations du syndicat FFAW.

Avec les renseignements de Jane Adey et de Cecil Haire, de CBC, et de Patrick Butler

Terre-Neuve-et-Labrador

Industrie des pêches