•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux gardiens de la prison de Shediac se font attaquer par des détenus

Ces attaques sont notamment causées par le manque de personnel, assure le syndicat.

L'intérieur de la prison.

La surpopulation de l'établissement et le manque de personnel sont en cause, selon le syndicat représentant les employés de la prison de Shediac.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux agents correctionnels ont été hospitalisés après des agressions séparées qui sont survenues jeudi dernier au Centre correctionnel régional du Sud-Est, à Shediac. Ces attaques sont notamment causées par le manque de personnel, assure le syndicat.

La surpopulation du Centre correctionnel régional du Sud-Est et le manque de personnel mènent à des agressions régulières sur les gardiens, dont deux en une seule semaine, affirme le syndicat représentant les agents correctionnels de l’établissement.

Deux agents correctionnels ont été hospitalisés la semaine dernière après avoir été agressés par des détenus, dit Mike Davidson, un représentant national pour le Syndicat canadien de la fonction publique. L’un d’entre eux a eu une épaule disloquée et a subi des blessures au visage après avoir été attaqué avec un couteau.

Lors d’une autre attaque, un officier s’est cassé une cheville alors qu’il tentait de maintenir un détenu, ajoute le présentant syndical.

Le ministère de la Justice confirme qu’un détenu a agressé deux agents correctionnels lors de deux attaques séparées jeudi dernier.

Les blessures subies par les gardiens ne mettent pas leur vie en danger, mais l’un d’entre eux devra subir une intervention chirurgicale.

J’imagine qu’il y aura une enquête pour découvrir comment le détenu a pu se procurer un couteau, dit Mike Davidson.

Le ministère de la Justice affirme avoir demandé à la police d’enquêter sur ces agressions, mais la Gendarmerie royale du Canada dit n’avoir reçu aucun rapport d’incident pour l’instant.

Avec les informations de Gail Harding, de CBC

Nouveau-Brunswick

Agression