•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore trop peu de Gatinois respectent la réglementation sur l’arrosage

Un véhicule de la Municipalité roule dans un quartier résidentiel.

Des inspecteurs de la Ville sillonnent les rues de Gatineau pour s'assurer de l'application de la réglementation sur l'arrosage.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les Gatinois sont encore nombreux à violer le règlement municipal sur l'arrosage. Depuis le mois de mai, la Ville a remis 431 constats d'infraction à des résidents, dont 335 en juillet seulement. Bon an mal an, les inspecteurs municipaux en remettent de 400 à 500.

Trois préposés sillonnent les rues de la ville les soirs, la nuit et la fin de semaine pour assurer le respect du règlement. Nous avons accompagné l’un d’eux lors d’une tournée lundi soir dans le secteur de Buckingham.

La période où il y a le plus d’infractions se situe après le souper, soit entre 18 h et 21 h, selon l’inspecteur municipal à la Gestion environnementale, Guilain Isungi Basanga. Dans la plupart des cas, les citoyens ont recours à l'arrosage mécanique en dehors des heures permises.

Souvent, ceux qui reçoivent la visite d'un inspecteur soutiennent ne pas être au courant de la réglementation. À ce moment-là, on y va avec la sincérité de la personne, explique l’inspecteur. On va émettre un avis de courtoisie [s'il s'agit d'une requête]. Mais si, quand on arrive sur place, on constate qu'il y a un arrosage mécanique et que la personne n'a pas un permis d'arrosage, à ce moment-là, on y va avec un avis d'infraction.

À Ottawa, les gens payent pour avoir de l'eau potable. Ici on est chanceux : on a de l'eau potable gratuitement. [...] Mais ça ne vous donne pas le droit d'en abuser.

Guilain Isungi Basanga, inspecteur, Gestion environnementale, Ville de Gatineau

Le travail de Guilain Isungi Basanga consiste aussi à informer les résidents des règles en vigueur. « Dans la plupart des cas, les gens sont au courant de la réglementation, mais ils ne veulent pas un avis d'infraction », ajoute-t-il.

Les citoyens fautifs sont passibles d'une amende de 200 $ pour une première infraction.

Les Gatinois consomment en moyenne 369 litres d'eau potable par jour, selon la Ville. L’été toutefois, la consommation quotidienne augmente d'environ 100 litres par personne, ce qui représente des coûts d'exploitation supplémentaires de 53 000 $ par jour dans les usines de traitement d'eau. L’eau potable à Gatineau coûte 4,54 $ le mètre cube, des frais couverts par l’impôt foncier.

Éviter l'interdiction totale d'arroser

La réglementation permet de veiller à ce que les réserves d’eau répondent aux besoins de la population, y compris à ceux des interventions lors d’incendies. Les règles permettent également d’éviter les interdictions totales d’arrosage, comme ce fut le cas lors des canicules de 2008 et de 2016.

Éviter d'arroser l'asphalte : c’est clair et net. Éviter de laver sa voiture, sa résidence avec le boyau d'arrosage. Ce sont des comportements qui sont plus acceptables en 2019.

Jean Boileau, directeur des communications de la Ville de Gatineau

C'est la raison pour laquelle on met en place l'interdiction le lundi, afin de permettre à nos bassins de se remplir dans nos différentes usines. On voit que le week-end, il y a beaucoup d'utilisation d'eau, explique le directeur des communications à la Ville de Gatineau, Jean Boileau.

Horaire d'arrosage à Gatineau (du 1er mai au 30 septembre)

  • Adresses paires : l'arrosage mécanique est permis entre 3 h et 5 h, les mardis, jeudis et samedis;
  • Adresses impaires : l'arrosage mécanique est permis entre 3 h à 5 h, les mercredis, vendredis et dimanches;
  • L'arrosage manuel des jardins, pelouses, arbres et arbustes est permis tous les jours, sauf le lundi.

D'après les informations de Nathalie Tremblay

Ottawa-Gatineau

Politique municipale