•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête criminelle sur l’interruption des télécommunications à Yellowknife

Une antenne parabolique de Nortwestel.

Nortwestel est le principal fournisseur de télécommunications dans les territoires du Nord.

Photo : Radio-Canada / Anaïs Elboujdaïni

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a ouvert une enquête sur l'interruption des services de télécommunications à Yellowknife, lundi, car elle croit qu'il pourrait s'agir d'un acte de vandalisme.

Les services d’internet, de téléphonie et de câblodistribution ont cessé de fonctionner en raison du bris du lien de fibre optique vers 8 h 45, lundi, et n’ont pu être rétablis qu’en fin d’après-midi.

Les techniciens de l’entreprise Northwestel ont découvert que l’unique câble de fibre optique avait été sectionné délibérément entre les collectivités de Behchoko et de Yellowknife.

L'interruption a touché tout le réseau téléphonique dans les territoires voisins en raison de la congestion du trafic d’appels de longue distance.

À Yellowknife, les commerçants ont été forcés d’exiger des paiements en argent comptant. À l'aéroport, les passagers et leurs bagages ont été enregistrés à la main.

Pas la première interruption du genre

Une autre interruption des services de télécommunications a touché le même câble de fibre optique le 13 juillet. Yellowknife n’est reliée que par un seul lien de fibre optique sans circuit alternatif ni redondance.

La GRC ne peut pour l’instant relier les deux incidents.

« Ces actes insensés ont touché nos communautés et la sécurité et le bien-être des citoyens » , a affirmé le sergent Dean Riou par voie de communiqué.

Grand-Nord

Crimes et délits