•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résidences endommagées par l'hiver : les propriétaires doivent être patients

Des gens déneigent une toiture à Trois-Rivières

Beaucoup de neige s'est accumulée sur les toits durant l'hiver 2018-2019.

Photo : Radio-Canada / Claudie Simard

Radio-Canada

Les intempéries de l'hiver dernier ont été particulièrement difficiles pour les résidences de la Mauricie.

Les propriétaires ayant fait une réclamation à leur compagnie d'assurance l'hiver dernier doivent être patients, car le nombre de dossiers à traiter est particulièrement élevé.

Entre janvier et mars, les précipitations abondantes, les vents violents, la fonte de neige et les inondations ont endommagé de nombreuses résidences en Mauricie.

Même si l'été tire à sa fin, des entreprises spécialisées en réparations après sinistres travaillent toujours sur certains dossiers dans la région.

Infiltrations d'eau, plafonds fissurés, toitures effondrées; tous ces travaux demandent souvent une main-d’oeuvre spécialisée qui se fait rare, ce qui occasionne des retards.

La copropriétaire de l'entreprise Construction rénovation Trois-Rivières Chantal Lafleur estime devoir traiter presque le double de dossiers par rapport à une année habituelle. Avec les 17 employés qui sont à l’oeuvre sur les divers chantiers, elle indique qu'il devient difficile de trouver du renfort.

Mme Lafleur explique que les délais sont prolongés, ce qui peut créer de la frustration chez les clients.

Les gens ne choisissent pas d’avoir un sinistre. Ce n’est pas comme une rénovation de cuisine ou de salle de bain… C’est un dégât. Il peut arriver que des gens soient frustrés, mais la plupart sont compréhensifs, indique Chantal Lafleur.

Des coûts plus importants que les inondations printanières

Les intempéries survenues entre janvier et mars 2019 ont coûté 165 M $ aux assureurs pour les six premiers mois de l'année, selon le Bureau d'assurance du Canada. En matière de réclamations, ce montant dépasse même celui des inondations printanières.

Pour éviter les frustrations l’hiver prochain, Pierre Babinski, directeur des communications et des affaires publiques pour le Québec au Bureau d'assurance du Canada, suggère aux propriétaires de profiter de l'automne prochain pour prendre certaines précautions.

Il conseille notamment aux gens de s'assurer que les gouttières de leur maison soient dégagées, que leur toiture soit en bon état et que la pente de leur terrain n'amène pas l'eau vers la fondation, mais l’en éloigne.

D'après le reportage de Jérôme Roy

Mauricie et Centre du Québec

Économie