•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lutter contre les gangs et la drogue dans les prisons ontariennes

L'intérieur d'une cellule vide.

La province espère que la création d’équipes d’enquêteurs permettra d’améliorer la sécurité du personnel.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

Deux centres de détention supplémentaires de l'Ontario auront des équipes d'enquêteurs pour lutter notamment contre les activités des bandes criminalisées, le trafic de drogue et d'armes ainsi que la contrebande à l'intérieur des murs des établissements.

La solliciteure générale Sylvia Jones a expliqué lundi, lors d'une conférence de presse, que les équipes recueilleront notamment des informations sur les activités criminelles auprès de détenus et de sources extérieures.

Ces renseignements seront partagés avec les policiers et d'autres acteurs du système de justice.

Une conférence de presse devant une prison.

La solliciteure générale Sylvia Jones a annoncé la création d'une des deux équipes au Centre de détention de Niagara, à Thorold.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Les équipes seront mises en place au Centre de détention de Niagara et au Centre de détention de l'Est de Toronto.

5 établissements disposaient déjà d'équipes de sécurité :

  • Centre de détention d'Elgin-Middlesex
  • Centre de détention de Hamilton-Wentworth
  • Complexe correctionnel de Maplehurst
  • Centre de détention d'Ottawa-Carleton
  • Centre de détention du Sud de Toronto

Les équipes sont formées d'au moins quatre agents des services correctionnels expérimentés.

Le gouvernement espère que cette mesure accroîtra la sécurité du personnel dans les centres de détention.

Un homme chauve qui porte une longue barbe et des tatouages.

William Joseph O’Sullivan croit qu’il faut plutôt améliorer les services de santé mentale et régler le problème de la surpopulation dans les prisons.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

William Joseph O'Sullivan, un militant et ancien prisonnier, pense que beaucoup de problèmes dans les établissements correctionnels sont attribuables au surpeuplement.

M. O'Sullivan doute de l'efficacité des équipes de sécurité créées par la province et réclame plutôt une amélioration des services d'aide psychologique offerts aux détenus.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette

Toronto

Système juridique