•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le refuge pour sans-abri de Whitehorse suscite des inquiétudes

Des voitures stationnées et des gens assis sur un banc devant un bâtiment.

Le refuge d'urgence de la rue Alexander, à Whitehorse, relève de la responsabilité du gouvernement territorial depuis janvier 2019.

Photo : Radio-Canada / Kyoshi Maguire

Claudiane Samson

La présence des personnes fréquentant le refuge pour sans-abri, au centre-ville de Whitehorse sous l'effet de l'alcool ou de la drogue préoccupe des résidents et des commerçants, mais le Territoire affirme travailler à améliorer la situation.

Depuis janvier, le gouvernement du Yukon assume la responsabilité du bâtiment, qui relevait précédemment de l’Armée du Salut.

Au moment du transfert de responsabilités, le gouvernement territorial a allégé certaines politiques, tolérant par exemple que les personnes fréquentant le centre aient consommé de la drogue ou de l'alcool.

Les résidents du quartier affirment toutefois que leur présence rend le quartier menaçant et demandent aux autorités d’intervenir rapidement.

Plan serré d'un homme devant un bâtiment commercial.

Le commerce de Hans Oettli est voisin immédiat du refuge pour sans-abri. L'entrepreneur a senti les effets négatifs sur son commerce depuis que le gouvernement a assumé la responsabilité du refuge.

Photo : Radio-Canada / Kyoshi Maguire

Hans Oettli possède depuis 22 ans un commerce d’animaux situé à côté du nouveau bâtiment. Il affirme avoir perdu un demi-million de dollars en affaires depuis l’ouverture du centre, à l’automne 2017.

Nos clients se font insulter, lancer des bouteilles, cracher dessus. Bien des gens ne veulent tout simplement plus venir.

Hans Oettli, commerçant de la rue Alexander

La semaine dernière, une délégation de résidents a fait part au conseil municipal de ses préoccupations, affirmant vouloir que des mesures correctives soient prises rapidement.

Le maire, Dan Curtis, affirme n’avoir jamais reçu autant de plaintes que depuis l’ouverture du centre, mais rappelle que la Ville n’a ni les ressources ni le mandat pour intervenir.

Ce que nous constatons chez les résidents du quartier, c'est qu’ils sont passés de la compassion et de l’empathie à la peur et aux préoccupations. [Qu’ils sont] un peu dépassés.

Dan Curtis, maire de Whitehorse

Le gouvernement du Yukon se veut rassurant et promet que certaines mesures seront mises en place rapidement.

Dans une publication Facebook, la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Pauline Frost, a promis la venue de personnel ambulancier et l'instauration d'un service de sécurité.

Des travaux de reconfiguration du bâtiment à venir devraient aussi créer une aire de repos extérieure pour éviter que les personnes fréquentant le centre ne se retrouvent dans la rue quand ils veulent aller à l'extérieur.

Pauline Frost prend la parole à l'Assemblée législative

Pauline Frost est députée de Vuntut Gwitchin et ministre de l'Environnement, de la Santé et des Affaires sociales et également responsable de la Société d'habitation du Yukon.

Photo : Radio-Canada / Claudiane Samson

Notre vision, qui est la même pour nombre d’entre vous, c'est de voir le refuge d’urgence de Whitehorse devenir un endroit accueillant pour tous et qui aide tous les membres de la communauté à prospérer. Nous n’y sommes pas encore, mais travaillons ensemble pour y arriver.

Pauline Frost, ministre de la Santé et des Affaires sociales

La ministre affirme par ailleurs dans sa publication que la programmation a permis la tenue, par exemple, d’activités culturelles autochtones et d'offrir de l’aide au revenu pour permettre à ceux qui le souhaitent de retourner dans leur communauté.

Entre-temps, les mesures destinées à contrer l’itinérance se poursuivent. Un brunch, organisé jeudi, près du refuge, a donné l'occasion à certains de s'inscrire sur une liste de personnes en quête d’un logement.

La responsable de l'initiative Safe at Home, Kate Mechan, croit que le refuge ne fait que montrer une réalité qui a toujours été présente.

« Les gens qui ont des besoins complexes ont toujours été dans notre communauté, mais n’ont pas toujours eu accès à des services. [Le centre] est un endroit où ils peuvent obtenir du soutien, alors que, dans le passé, ils n’y avaient pas droit en raison de leur consommation d'alcool ou de drogue. »

Avec les informations de Chris Windeyer et de Georges Maratos

Grand-Nord

Pauvreté