•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un panier de basketball sème la discorde dans un voisinage

Un panier de basketball.

Les règlements municipaux du Grand Sudbury interdisent les objets, tels que les paniers de basketball mobiles, qui dépassent les limites des terrains ou qui sont suspendus au-dessus de la chaussée.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une résidente de Hanmer, dans le Grand Sudbury, déplore le fait qu’elle ne puisse pas laisser son panier de basketball au bord de la rue devant sa propriété.

Julia Neville a été informée par un agent des règlements municipaux qu’une plainte avait été déposée en raison de paniers de basketball qui bloquaient la rue.

Il est placé dans la même zone que celle où nous plaçons nos poubelles le jour de la collecte des ordures, commente Mme Neville. Je pense que si vous pouvez circuler autour des poubelles le jour du ramassage des ordures, vous pouvez probablement le faire autour de ce filet de basketball.

Elle ajoute qu’aucun voisin n’est venu lui en parler auparavant.

Selon les règlements municipaux du Grand Sudbury, il n’est pas permis d’avoir quoi que ce soit qui pend au-dessus d’une voie de circulation, rappelle le conseiller municipal Robert Kirwan.

M. Kirwan, qui a dû interrompre une conversation houleuse au sujet de l’infraction sur sa page Facebook Valley East, a déclaré avoir élevé trois garçons et dit comprendre qu'on ne devrait pas dissuader les enfants de jouer à l'extérieur.

Les émotions sont fortes, parce que ce ne sont que quelques enfants qui veulent sortir et faire de l’exercice.

Robert Kirwan, conseiller municipal du Grand Sudbury

Robert Kirwan croit que le véritable problème à régler est l'utilisation de règlements municipaux par des résidents contre leurs voisins pour régler des problèmes mineurs.

Je déteste les règlements municipaux, parce qu’ils sont régis par les plaintes, dit-il.

Vous pourriez avoir trois filets de basket dans une rue, la plainte pourrait être contre la maison du milieu, et c’est la maison sur laquelle un agent doit aller faire enquête.

Ailleurs dans la province

À Toronto, il est permis de jouer au basketball ou au hockey dans la rue, sous certaines conditions, notamment si la limite de vitesse est de 40 km/h ou moins et si les équipements ne nuisent pas à la circulation.

Les filets portatifs de basketball et de hockey utilisés au cours de ces activités constituent des empiétements autorisés, peut-on lire dans le règlement municipal.

La Ville de Toronto a levé l’interdiction de jouer au hockey dans la rue en 2016.

Une situation semblable à celle de Julia Neville est survenue en 2017, à Orléans, dans l’Est de l’Ontario.

Trois résidents de ce quartier d'Ottawa avaient été obligés en mai 2017 de retirer leur panier de basketball du bord de la rue après le dépôt d’une plainte auprès de la Municipalité par un voisin.

Cette situation avait amené Geoff Schaadt, un des citoyens concernés, à se demander pourquoi la Ville compliquait la vie aux enfants qui veulent jouer à l'extérieur.

Son panier de basketball mobile était gardé sur le bord de la rue, parce qu’il était trop lourd pour que les enfants puissent le déplacer seuls.

Ma fille a été extrêmement bouleversée lorsqu’elle a été mise au courant de la situation, a-t-il raconté. Elle adore jouer au basket.

M. Schaadt a affirmé qu’il n’avait jamais entendu de plaintes de voisins et qu’il s’assurait que ses enfants ne driblent pas le ballon le matin ou le soir.

L’agent chargé de l’application du règlement avait expliqué que les enfants pouvaient encore jouer, mais que le filet ne pouvait pas rester en tout temps près de la bordure du trottoir, selon M. Schaadt.

Les enfants devaient attendre qu’un de leurs parents rentre à la maison pour sortir le panier, a-t-il précisé.

Avec les informations de CBC

Nord de l'Ontario

Politique municipale