•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les féministes à l'honneur au Congrès mondial acadien

Les panélistes sur la scène.

Le Sommet des femmes 2019 s'est terminé lundi, lors du CMA.

Photo : Facebook / @RféministeNB

Radio-Canada

Les femmes se font entendre lors d'un sommet organisé dans le cadre du Congrès mondial acadien 2019.

C'est autour du thème « L'Acadie repensée » que le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB) a lancé l'organisation du sixième Sommet pour femmes dans la province.

Lors de la deuxième journée de l'événement, des femmes et leurs alliés se sont attaqués de plein fouet aux inégalités qui persistent dans les milieux acadiens.

Le tout s'est déroulé dans une perspective générationnelle, mettant en vedette quatre féministes (dont faisait aussi partie Sébastien Lord-Émard, Karolyn Aucoin, Lucie Aounetse et Cyrilda Poirier) qui ont tous partagé leur expertise en matière de droits des femmes.

Lyne Chantal Boudreau au Congrès mondial acadien le 11 août 2019.

Lyne Chantal Boudreau, présidente du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

On n’a pas atteint l’égalité. C’est pour ces raisons-là que nous sommes là, aujourd’hui.

Lyne Chantal Boudreau, présidente du conseil d'administration

Lorsqu’on parle de l’Acadie repensée, c’est l’Acadie qui se renouvelle, c’est l’Acadie qui pense à l’histoire qui s’est passée avant. Quand on regarde aujourd’hui, on veut voir c'est quoi encore nos grands défis, dit la présidente du Regroupement féministe.

De nombreux sujets ont été abordés, dont la place des femmes dans des milieux comme la politique ou encore l'économie. On a discuté de solutions à la sous-représentation des femmes.

Je fais partie de celles-là qui croient fermement qu’on va devoir faire adopter des quotas. Moi, je pense que ce sont les quotas qui dans un premier temps vont permettre aux femmes d’être élues, d’atteindre ce qu’on appelle la masse critique, d’avoir une représentation équitable à l’Assemblée législative, affirme Nicole Lang, panéliste.

Une femme parle à la caméra.

Nicole Lang était panéliste lors du Sommet pour Femmes qui prenait part cette semaine, lors du CMA.

Photo : Radio-Canada

Selon les panélistes, « l'économie, c'est trop important pour laisser ça seulement dans les mains des hommes ».

Les pistes de solutions déterminées par les femmes lors du rassemblement permettront d’élaborer un document. Les solutions retenues seront ensuite transmises à différents intervenants qui peuvent les mettre en application.

Les participantes ont aussi profité de l'occasion pour discuter des soins de santé au Nouveau-Brunswick. La province, selon elles, ne donne pas toujours des soins équitables en fonction de l'origine du patient.

Les droits des femmes d'une génération à l'autre

Des femmes et des hommes de tout âge ont pris part au 6e Sommet des femmes. Selon les organisatrices, voir ces personnes échanger des idées sur des questions qui les touchent toutes, malgré leur âge, est un beau moment.

Elles étaient nombreuses à y prendre part pour la première fois cette année. Certaines femmes présentes n'avaient même jamais mis les pieds dans une activité du genre, mais le CMA leur a permis de découvrir un sujet qu'elles trouvent très important.

Deux femmes avec des t-shirts noirs annonçant le Sommet des femmes.

Sous le thème « L'Acadie (re)pensée », le Sommet des femmes s'est ouvert dimanche au Congrès mondial acadien à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Pour moi, c’est vraiment important et vraiment intéressant d’être ici. J’aime beaucoup que je sois ici avec Terre-Neuve-et-Labrador parce qu’il n’y a pas beaucoup de gens ici de ma province, a raconté l'une des participantes à son départ.

Tina Poirier aussi était heureuse d'y prendre part et elle croit que l'événement a donné l'occasion à plusieurs femmes d'échanger sur des questions qu'elles ne peuvent pas toujours discuter dans le quotidien.

J’ai trouvé que c’était dynamique et inclusif. J’ai trouvé comment dire que c’était ouvert sur la modernité, dit-elle.

Elle souligne que les sujets abordés sont au cœur même de l'actualité et des problématiques rencontrées dans la vie de tous les jours.

Selon les renseignements de Wildinette Paul

Nouveau-Brunswick

Droits et libertés