•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rue en l'honneur de Georges Forest

Un panneau d'arrêt surmonté du nom de la rue : Forest Drive.

Forest Drive se trouve à La Salle, au Manitoba, et se veut une façon d'honorer la mémoire de Georges Forest, un défenseur de la langue française.

Photo : Radio-Canada / Trevor Lyons

Radio-Canada

La Municipalité rurale de MacDonald a choisi d'honorer la mémoire de Georges Forest, un important défenseur de la langue française du Manitoba, en donnant son nom à une rue dans le village de La Salle. Bien que ce geste soit apprécié, des experts sont déçus que le nom de l'homme ne soit pas repris au complet.

Le président du comité du monument Georges-Forest, Marcien Ferland, est heureux que les promoteurs immobiliers aient accepté sa suggestion de rendre hommage à Georges Forest dans leur nouveau lotissement à La Salle.

C'est une autre petite victoire pour le comité et une occasion de mieux faire connaître ce personnage extraordinaire , dit-il.

Je pensais qu'il serait tout à fait à propos de nommer une rue en son honneur dans sa ville natale.

Marcien Ferland, président du comité du monument Georges-Forest

Il est toutefois déçu que le nom complet de Georges Forest ne figure pas dans le nom de la rue, qui se nomme Forest Drive et qui se trouve au sud de la route 247, à environ 300 mètres de la rue principale.

J'aurais souhaité chemin ou promenade Georges-Forest drive , dit-il

Marcien Ferland souhaite que la plaque de rue soit corrigée. Il aimerait également que des plaques explicatives soient installées près du nom de la rue pour raconter l'histoire de Georges Forest et son engagement dans la francophonie manitobaine.

Pour sa part, l'historien Philippe Mailhot fait remarquer que ce genre de choses fait partie de la réalité de vivre en minorité.

On est à peine 5 % de la population du Manitoba. Alors, c'est difficile de forcer ou de pousser les gens à vraiment reconnaître l'importance francophone dans les noms.

L'historienne Jacqueline Blay est elle aussi déçue.

Si on doit honorer des gens reconnus pour leur militantisme, leur vigilance, leur activisme, on doit respecter les caractéristiques fondamentales de leur engagement. Dans le cas de Georges Forest, c'était d'avoir un Manitoba reconnu comme étant bilingue, dit-elle.

On oublie l’ampleur de la contribution de Georges Forest.

Jacqueline Blay, historienne

Ce n'est pas le seul honneur qui sera rendu à Georges Forest. Une statue à son effigie sera placée dans le parc Provencher, dans le quartier Saint-Boniface, en septembre. Un projet de 72 000 $ lancé par Marcien Ferland.

Avec les informations de Laïssa Pamou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Francophonie