•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préposés aux bénéficiaires recherchés

Une préposée aux bénéficiaires avec un patient.

Le CIUSSS devra embaucher 800 préposés aux bénéficiaires dans les 5 prochaines années.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

D’ici cinq ans, le gouvernement estime qu’il aura besoin d’embaucher 32 000 préposés aux bénéficiaires pour répondre aux besoins dans le réseau québécois de la santé. Les besoins sont évidemment aussi grands au Saguenay-Lac-Saint-Jean qu’ailleurs dans la province.

En plus des 200 postes qui ont été annoncés le printemps dernier, on en prendrait 200 de plus actuellement, pour les inscrire sur nos listes de rappel pour combler nos besoins, soutient le président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métier de la santé et des services sociaux, Gaston Langevin.

Il explique que plusieurs postes sont vacants en ce moment, que plusieurs employés sont en vacances et que le taux d’absentéisme est élevé. Le tout est une boucle qui tourne sans cesse. Les congés de maladie sont nombreux et ils en entraînent de nouveaux, croit Gaston Langevin.

Le personnel vient épuisé aussi quand on est en manque de personnel. La lourdeur de la tâche fait que le personnel quitte en absence.

Gaston Langevin, président du syndicat

Il y a en ce moment dans la région entre 950 et 1000 préposés aux bénéficiaires. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux sait qu’il faudra en embaucher 800 au cours des 5 prochaines années.

Formation

Le CIUSSS assure travailler de concert avec le réseau de l’éducation pour attirer les gens intéressés à devenir préposés aux bénéficiaires, mais le président syndical Gaston Langevin estime qu’il faudrait miser sur des formations à l’interne, comme cela se fait déjà en Mauricie-Centre-du-Québec.

Il faudrait que le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean forme ses préposés aux bénéficiaires en cours d’emploi. Je pense que ce serait une des solutions pour suffire à la tâche.

Il croit que cette façon de faire, rémunérée, serait beaucoup plus attrayante, d’autant plus que les besoins sont grands aussi dans les entreprises privées.

Le taux de postes disponibles dans le secteur privé est très important aussi. Les deux secteurs se font compétition, conclut-il.

Saguenay–Lac-St-Jean

Établissement de santé