•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondation à Shediac : des résidents exaspérés en colère contre le maire

Une femme assise sur ses poubelles.

Renée Durepos est assise sur une partie des choses dont elle a dû se départir à la suite de l'inondation de la fin de semaine dernière.

Photo : Radio-Canada / Francis Pilon

Radio-Canada

Des résidents de la ville de Shediac ont eu une mauvaise surprise lorsque l'eau s'est frayé un chemin jusqu'à leur sous-sol, la fin de semaine dernière.

Des centaines de sacs à ordures s'entassaient le long de la rue Sébastien, à Shediac, lundi. Ils sont nombreux à avoir dû se départir de plusieurs objets qui étaient rangés au sous-sol lorsque l'eau a inondé leur maison.

Le maire de Shediac, Roger Caissie, déplore la situation, mais assure que seulement quelques maisons ont été touchées et que les dégâts sont mineurs.

C'est malheureux comme situation, j'ai parlé à quelques résidents hier soir, les gens comprenaient bien, dit-il.

Toutefois, les résidents de la rue Sébastien ne sont pas tout à faire d'accord avec les propos du maire.

Le maire, il n'est pas venu cogner aux portes, il n'est pas venu nous voir.

Renée Durepos, résidente de Shediac
Une femme dans son sous-sol qui a été inondé.

Mme Durepos évalue les dommages à près de 10 000 $.

Photo : Radio-Canada

Pour Renée Durepos, c'est tout un tracas. Son conjoint et elle ont dû prendre congé lundi pour contacter leur compagnie d'assurances et continuer de vider leur maison.

Elle raconte que, lorsque l'eau a commencé à déborder, sa famille et elle regardaient le déluge à l'extérieur. Tout d'un coup, elle a pensé à son sous-sol.

Son mari est allé voir, mais tout était au sec. Il est remonté en haut, a mis une pizza au four et est redescendu au sous-sol, pour y trouver près de quatre pouces (10 centimètres) d'eau.

On pensait qu'en y lançant des serviettes, on allait faire des miracles, mais même pas deux minutes après, on ne se voyait même plus les pieds, dit Mme Durepos.

La mère de famille raconte qu'il n'y a commencé à avoir de l'activité dehors que deux heures après la fin de la tempête, parce que le niveau de l'eau ne bougeait pas à l'extérieur.

Des résidents mécontents

Lundi matin, des centaines de sacs à déchets attendaient les éboueurs dans la rue Sébastien.

Les gens ce matin arrêtent aux maisons ici parce qu'ils pensent qu'on fait des ventes de garage, parce qu'on est tous en train de vider nos maisons, indique Mme Durepos.

Des déchets devant les maisons inondées.

Des centaines de sacs étaient empilés devant les maisons de la rue Sébastien, à Shediac, lundi.

Photo : Radio-Canada

Avec les dégâts causés à sa maison et tous les articles dont ils ont dû se départir, la femme évalue les dommages à plus de 10 000 $. Elle attendait de savoir, plus tard lundi, ce qu'allaient couvrir ses assurances.

Mais tous les résidents n'attendent pas de bonnes nouvelles. Maxime Gallant, pour sa part, était exaspéré d'apprendre que sa compagnie d'assurance n'allait pas le défrayer des coûts occasionnés par l'inondation de cette fin de semaine.

Un homme dans sa cave inondée.

La famille Gallant a acheté cette maison il y a 7 ans, mais c'est la première fois qu'ils sont victimes d'une inondation.

Photo : Radio-Canada

Lundi matin, à contrecoeur, il a rempli près de 50 sacs avec des vêtements, des jouets, une chaîne audio neuve... et de nombreux souvenirs dont il doit se départir.

Les vidangeurs ont eu ben de l'ouvrage.

Maxime Gallant, résident de Shediac

Depuis qu'il a acheté la maison pour sa famille et lui, il y a sept ans, c'est la première fois qu'un événement du genre se produit. Il croit que la Ville est au courant du caractère problématique de l'endroit.

Un homme dans sa cave inondée.

Maxime Gallant a appris que ses assurances ne couvriraient pas les dégâts causés par l'inondation.

Photo : Radio-Canada

C'est une subdivision neuve, une maison neuve, ça ne devrait pas arriver. Je suis sûr que la Ville est au courant que c'est un problème et que ça fait longtemps que le problème est là, dit M. Gallant.

Il prévoit faire une évaluation sommaire de ses pertes et de retourner vers la Municipalité pour recevoir de l'aide financière.

On paye cher de taxes dans les nouveaux quartiers résidentiels et on espère recevoir de l'aide, surtout quand ce n'est pas notre erreur, dit-il.

Il dit qu'il aurait bien aimé que la Ville prenne le temps de s'informer du sort des résidents de la rue Sébastien, qui sont principalement des familles.

Quant aux propos du maire, il l'invite à venir voir les maisons de ses propres yeux avant d'indiquer que l'inondation n'a causé « que des dommages mineurs ».

Selon les renseignements de Francis Pilon

Nouveau-Brunswick

Incidents et catastrophes naturelles