•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau à la rescousse de l’aide juridique sous-financée par Doug Ford

Un homme en point de presse.

Le premier ministre Justin Trudeau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral versera 26,8 millions de dollars cette année aux services d’aide juridique aux réfugiés et immigrants de l'Ontario, qui sont durement touchés par d'importantes réductions budgétaires imposées par la province.

Le premier ministre Justin Trudeau a fait cette annonce lundi à Toronto, à quelques semaines du déclenchement officiel de la campagne électorale fédérale.

Sur un ton partisan, le premier ministre a fait un lien entre les compressions aux services de santé pour les réfugiés qui avaient été imposées par le gouvernement de Stephen Harper en 2012.

Un autre gouvernement conservateur, celui de Doug Ford, abandonne des services aux plus vulnérables, ce qui est très frustrant, a déclaré Justin Trudeau.

Dans sa lutte contre le déficit, le gouvernement conservateur de Doug Ford a réduit du tiers le financement qu’il alloue à l’aide juridique. Il a aussi interdit que l’argent versé soit utilisé pour des dossiers de demandeurs d’asile et d’immigration.

Ce n’est pas la première fois que le fédéral annonce du financement supplémentaire pour contrer la portée des compressions du gouvernement Ford. Ottawa a notamment accordé une subvention de fonctionnement à l'Université de l'Ontario français et sauvé un programme de plantation d'arbres.

En réponse à la question d’une journaliste, le premier ministre a reconnu qu’il ne pourrait systématiquement augmenter son financement des programmes pour lesquels la responsabilité est partagée lorsqu’une province effectue des coupes.

Une province moins financée?

L'annonce fédérale a pris le gouvernement Ford par surprise.

Selon le procureur général ontarien Doug Downey, l'Ontario ne reçoit que 35 % du financement des services d'aide juridique aux réfugiés et immigrants contre 70 à 80 % pour les autres provinces.

Un homme en conférence de presse devant des drapeaux.

Doug Downey, procureur général de l'Ontario

Photo : Assemblée législative de l'Ontario

Lundi après-midi, M. Downey ne savait pas si le financement fédéral annoncé était un ajout ou s'il représentait l'ensemble de ce qui serait versé par Ottawa en 2019-2020, ce qui laisserait encore la province avec un manque à gagner.

Interrogé sur les compressions, le procureur a soutenu que la province devait protéger l'ensemble du système d'aide juridique. Nous ne pouvons pénaliser les autres clients de l'aide juridique, en droit de la famille ou en droit criminel, a-t-il fait valoir, parce que le fédéral refuse d'agir.

La province avait écrit à Ottawa à trois reprises pour demander une augmentation du financement fédéral dans ce dossier. Le ministre fédéral de la Justice David Lametti avait finalement répondu plus tôt cet été et convenu avec le procureur général ontarien de ne pas faire du dossier une question partisane.

Toronto

Politique fédérale