•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pêcheurs donnent leurs morues, faute d’acheteurs

Des dizaines de personnes font la queue devant les camionnettes des pêcheurs.

Des pêcheurs donnaient leurs prises de morue aux consommateurs, à Saint-Jean, lundi matin.

Photo : CBC/Jane Adey

Radio-Canada

Des gens faisaient la queue sur le front de mer de Saint-Jean, à Terre-Neuve, lundi, parce que des pêcheurs donnaient leurs prises de morue que les transformateurs refusent, selon eux, d’acheter.

L’Union des pêcheurs de Terre-Neuve affirme que certains transformateurs refusent d’acheter la morue. Le syndicat qualifie cela de «lock-out illégal».

Mais un transformateur de morue à Arnold's Cove affirme que le syndicat diffuse de fausses informations.

D’autres syndiqués manifestent près de l’usine Royal Greenland à Old Perlican.

La morue est abondante cette année, elle est de bonne qualité et les pêcheurs et les travailleurs d’usine méritent de gagner décemment leur vie, explique le secrétaire-trésorier du syndicat, David Decker, dans un communiqué expédié dimanche soir.

Selon le syndicat, la Labrador Shrimp Company est la seule entreprise membre de l’association des transformateurs qui achète de la morue cette semaine, mais l’entreprise Icewater Seafoods à Arnold's Cove soutient que c’est faux.

Un porte-parole d’Icewater Seafoods affirme que l’entreprise ne transforme pas de la morue de la Russie, mais qu’elle en achète des pêcheurs de la côte sud de Terre-Neuve.

Le syndicat ajoute qu’il a présenté une demande formelle au ministre provincial des Pêches, Gerry Byrne, pour son gouvernement accorde de nouveaux permis de transformation et ouvre l’industrie de la morue à des acheteurs établis à l’extérieur de la province.

Avec les renseignements de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Industrie des pêches