•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les trottinettes électriques Lime en circulation à Montréal

Un homme regarde son cellulaire près d'une trottinette électrique de marque Lime.

Un homme conduit une trottinette électrique de marque Lime dans la rue.

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Romain Schué

Les trottinettes électriques en libre-service de l'entreprise Lime, une filiale de Google, sont mises en circulation dès mardi à Montréal.

Lime a obtenu la semaine passée son permis d'exploitation de la part de la Ville de Montréal.

La firme américaine avait déjà eu le feu vert de la part du gouvernement du Québec à la fin juin.

L'entreprise poursuit actuellement son travail de marquage au sol, étant donné que des zones sont délimitées pour déposer les trottinettes. Au total, 430 engins pourront être mis en circulation, et 239 sites ont été prévus pour l'immobilisation de ceux-ci.

Dans chaque zone où l'on trouve sur la route l'image d'une trottinette, quatre d'entre elles au maximum pourront être stationnées, en position debout.

Le symbole d'un trottinette est peint sur le sol.

Les zones où il sera permis de laisser les trottinettes seront identifiées par ce symbole.

Photo : Radio-Canada / Romain Schué

Il ne sera cependant pas possible de laisser ces trottinettes dans toute la ville. Seuls les arrondissements de Ville-Marie, de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension et de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce les accueilleront dans un premier temps, tout comme la municipalité de Westmount.

D'ici quelques semaines, Rosemont–La Petite-Patrie et Mercier–Hochelaga-Maisonneuve autoriseront également ces trottinettes.

Montréal n'est pas la première ville canadienne à accueillir ces trottinettes, que l'on trouve ailleurs le monde. Il y a quelques jours, Calgary a elle aussi lancé un projet pilote similaire. L'Université de Waterloo, en Ontario, a également accueilli de tels engins ces derniers mois.

Jusqu’au 15 novembre

Il sera interdit de circuler avec un vélo JUMP ou une trottinette Lime au-delà du 15 novembre. Pour les prochaines années, la période d’utilisation débutera le 15 avril et se terminera à nouveau le 15 novembre.

Un règlement strict

Un règlement très strict a déjà été prévu afin d’éviter les problèmes aperçus notamment à Paris. C'est un enjeu de taille, a indiqué lundi le conseiller Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité au sein de l'administration municipale. Ce dernier souhaite éviter de voir ces véhicules entraver la circulation.

Le port du casque sera obligatoire, et il sera interdit de transporter des personnes sur ces trottinettes.

Circuler sur les trottoirs sera aussi interdit, et il ne sera pas possible d'emprunter une route où la limite de vitesse excède 50 km/h. La vitesse de ces engins, qui pourront rouler sur le réseau cyclable, est quant à elle limitée à 20 km/h.

Tout comme c'est le cas pour les vélos électriques JUMP, l’utilisateur d’une trottinette électrique devra être âgé de 18 ans ou détenir un permis autorisant la conduite d’un cyclomoteur.

10 $ pour 30 minutes

Il faudra dépenser 10 $ pour utiliser durant 30 minutes ces trottinettes sans ancrage. Au démarrage, une somme de 1 $ est exigée, suivie de 30 cents par minute.

La Ville se montre menaçante

Si ces règlements ne sont pas respectés, la Ville de Montréal prévient : elle pourra sévir et évaluera la situation, selon M. Caldwell. Révoquer le permis de Lime n'est pas exclu, a-t-il indiqué, demandant aux citoyens de signaler tout problème.

On a un règlement très sévère. On responsabilise les opérateurs. Si ça ne se passe pas à notre goût, on réajustera le tir.

Éric Alan Caldwell, conseiller de la Ville de Montréal

Dans chaque arrondissement, des inspecteurs veilleront au respect de ce règlement. Par ailleurs, des amendes pour les opérateurs sont déjà prévues, a précisé l'administration, qui a déjà lancé un rappel à l'ordre à JUMP.

Aucune amende n'a cependant été donnée à JUMP, malgré la présence de nombreux vélos électriques mal stationnés, a admis M. Caldwell.Il y a plusieurs communications entre la Ville et l'opérateur pour que la situation s'améliore, [et] la situation s'améliore, a-t-il ajouté.

En ce qui concernant l'absence de casques, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a déjà commencé à interpeller les utilisateurs fautifs, a-t-il également spécifié.

À ce jour, Lime et JUMP sont les seuls opérateurs à avoir obtenu un permis d'exploitation de la Ville pour le déploiement de ces trottinettes et vélos électriques. Aucune autre demande formelle n'a pour l'instant été formulée à l'administration Plante, a indiqué M. Caldwell.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Transports