•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La voie de contournement de Rouyn-Noranda officiellement ouverte

Des voitures circulent sur un carrefour giratoire

La voie de contournement est officiellement ouverte à la circulation depuis lundi matin.

Photo : Radio-Canada / Piel Côté

Radio-Canada

Moment hautement attendu à Rouyn-Noranda alors que la voie de contournement a officiellement été mise en service par le ministère des Transports lundi matin.

Il s'agit du plus gros projet jamais réalisé par le ministère des Transports en Abitibi-Témiscamingue. Annoncé en 2006 par la ministre des Transports de l'époque, Julie Boulet, l'infrastructure routière de huit kilomètres a coûté près de 90 millions de dollars.

Tout le monde est très heureux, car il y a eu énormément de travail. Ça prenait beaucoup de compétences à tous les niveaux, que ce soit en ingénierie ou bien encore en environnement pour réaliser ce projet qui était très complexe, mentionné Luc Adam, le porte-parole du ministère des Transports.

La voie de contournement devrait permettre de dévier de 3000 à 4000 véhicules par jour de la circulation urbaine, dont 800 poids lourds.

Opposition et imprévus

Il aura fallu attendre près de 50 ans après les premières discussions portant sur une voie de contournement à Rouyn-Noranda pour voir son ouverture officielle. Il y a certainement eu des imprévus et une opposition citoyenne s'est également fait valoir.

Après la première rencontre de consultation publique organisée par le MTQ, quelques citoyens se regardent étonnés, car ils sont éberlués par ce qu'ils viennent d'entendre, soit le tracé projeté de la future voie. Ceux-ci jugent à l'époque qu'il est trop près des résidences et forment donc le comité Une alternative à la voie de contournement, explique Jean Arsenault, un des membres.

Ça suscitait plusieurs questions et nous étions habitués à un accès libre et gratuit à la forêt du lac Noranda, mentionne-t-il aujourd'hui. Le comité s'inquiétait aussi de la pollution visuelle causée par la voie de contournement.

La caractéristique de l'Abitibi-Témiscamingue est d'avoir accès à la pleine nature dans la cour urbaine alors je me dis, là, ça ne sera plus possible.

Jean Arsenault, membre du comité Une alternative à la voie de contournement

Un des conseillers municipaux de l'époque qui a aussi suivi le dossier à titre de maire au cours des années suivantes, Mario Provencher, se réjouit de la réalisation du projet. Dans les années 2000, il comprenait les critiques et croit que le développement doit toujours se faire en harmonie avec les opinions des citoyens.

Ceci dit, il ajoute que même si les gens du comité indiquaient que le bruit nuirait aux citoyens, la Ville a mis en vente des terrains sur la rue Nault et à deux reprises, des citoyens ont dormi dehors pour obtenir des terrains.

Malgré tout, les citoyens du comité citoyens ont obtenu la tenue d'un Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Décontamination complexe

Le MTQ a également dû décontaminer sur 30 centimètres de profond sur l'ensemble de la route. Cette problématique a d'ailleurs mis le projet en péril. Le MTQ a néanmoins négocié une solution avec la Fonderie Horne et le ministère de l'Environnement, explique le porte-parole du MTQ Luc Adam.

On a pu disposer de ces sols contaminés sur les parcs à résidus miniers contaminés existants de la Fonderie Horne pour les réhabiliter, rappelle-t-il. Donc on a sauvé beaucoup sur les coûts de transports et ça a sauvé le projet.

Lorsque cette problématique a été découverte, le problème était complexe puisqu'il n'existait aucun site accrédité dans la région pour des sols contaminés de ce type et il aurait coûté environ 10 millions de dollars pour les transporter par camion vers Montréal.

Aujourd'hui le projet en est à ses derniers miles. Ne resteront que des aménagements paysagers qui seront faits cet automne ainsi qu'en 2020 et de légères corrections à faire afin de compléter le projet.

Historique en bref

1972 : Origines des études de voie de contournement
1982 : Étude d'opportunité proposant un contournement par le sud
1982-1986 : Préparation du projet de contournement par le sud
1986 : Fusion des villes de Rouyn et Noranda
1986-1988 : Étude d'impact environnemental
1990 : Décret concernant la délivrance d'un certificat d'autorisation pour le contournement de Rouyn-Noranda par le sud
1992 : La Ville de Rouyn-Noranda demande officiellement un contournement par le nord
2001 : Le MTQ s'engage, dans le cadre du Plan de transport de l'Abitibi-Témiscamingue à étudier la traversée de l'agglomération de Rouyn-Noranda
2002 : Le MTQ envisage l'étude de quatre scénarios afin de solutionner les problématiques de traversée de l'agglomération de Rouyn-Noranda :
-Scénario 1 : voie de contournement sud;
-Scénario 2 : tracé actuel (route 117);
-Scénario 3 : tracé alternatif (sur le réseau municipal);
-Scénario 4 : voie de contournement nord.
2006 : Annonce du projet de construction de la voie de contournement de Rouyn Noranda et début des travaux préparatoires
2007-2009 : Étude d'impact sur l'environnement
2010 : Audiences publiques du BAPE et dépôt du rapport final
2015-2017 : Construction de la nouvelle route
2018-2019 : Asphaltage, carrefours giratoire et piste cyclable
2019 : Mise en service
2019-2020 : Aménagement paysager

Source: Ministère des Transports

Abitibi–Témiscamingue

Transports