•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les citoyens de Pohénégamook doivent faire bouillir l'eau depuis jeudi

Un robinet avec une goutte d'eau.

De récentes analyses ont démontré la présence de coliformes fécaux ou de bactéries E. coli dans l’eau du réseau de distribution. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Depuis plus de quatre jours, les citoyens de Pohénégamook ne peuvent consommer de l'eau du robinet sans la faire bouillir.

Un avis en ce sens a été diffusé par la Ville, et ce, pour une durée indéterminée.

Selon cet avis, des analyses ont démontré la présence de coliformes fécaux ou de bactéries E. coli dans l’eau du réseau de distribution, ce qui peut être dangereux pour la santé et causer notamment des vomissements, la diarrhée ou des maux de ventre.

La Ville recommande à ses citoyens de faire bouillir l'eau du robinet pendant au moins une minute avant de la consommer. Elle demande aussi aux résidents de jeter les glaçons, les boissons et les aliments qui ont été préparés après le 7 août avec de l'eau du robinet non bouillie.

Le propriétaire de la microbrasserie Secret des dieux, Daniel Blier, explique que cette situation n'a pas trop perturbé les activités de la microbrasserie pour l'instant, mais il précise que cela complique considérablement celles de son restaurant.

C'est plus au niveau du pub-restaurant que ça pose problème. Pour laver les légumes, la salade et tout ce qui passe en cuisine, il faut acheter de l'eau en bouteille ou la faire bouillir, dit-il.

L'eau embouteillée est en pénurie à Pohénégamook, donc on rationne énormément, on fait bouillir notre propre eau, ce qui n'est pas évident, surtout avec l'achalandage touristique ces temps-ci

Daniel Blier, propriétaire et brasseur, microbrasserie Secret des dieux

La Ville de Pohénégamook ignore pour l'instant la source du problème, mais affirme qu'elle tente d'apporter des correctifs dans les plus brefs délais.

Bas-Saint-Laurent

Santé publique